Un vicaire “oriental” à Angleur

Publié le mercredi 12 janvier 2022

En 2019, l’église d’Angleur Sainte-Bernadette a eu l’opportunité d’accueillir en son sein la communauté gréco-catholique ukrainienne de rite byzantin. Opportunité car la très petite paroisse courait le danger de fermer ses portes faute de pratiquants.

Mykhailo Shetsov, lors de la célébration

des Communautés d’origine étrangère le

12 janvier 2020 à Saint-Vincent

C’est le père Mykhailo Shetsov qui est le prêtre et l’aumônier de cette communauté. Il a été ordonné en 2017 à Lviv (Ukraine). Avant son ordination, il était déjà marié à Natalia. Ensemble, ils ont deux petits bambins: Mathieu, 5 ans, et Martin, 2 ans et demi. En septembre 2017, Mykhailo a déménagé de Paris à Liège avec sa famille pour exercer la fonction d’aumônier de la Communauté ukrainienne de Liège. Une fois en Belgique, il a reçu, selon la demande de Mgr Delville, évêque de Liège, et de son propre évêque Borys, la permission du Vatican pour célébrer les messes en rite latin et aider les paroisses locales en pastorale.

Le jeune prêtre a d’abord été nommé vicaire dans l’Unité pastorale Alleur-Awans où il a célébré des messes en semaine, aidé à la catéchèse des enfants, et animé dans les mouvements de jeunesse tout en s’occupant principalement de sa communauté ukrainienne basée d’abord à Liège puis à Angleur Sainte-Bernadette.

Messes et catéchèse

En septembre 2021, Mykhailo Shetsov a été nommé vicaire dans l’Unité pastorale “Saint-Vincent aux Confluents”, et toute sa famille a déménagé de Villers l’Evêque à Chênée-Thiers. Ainsi ils s’approchent de leur communauté qui se réunit dans une église de cette UP.

Tout en gardant principalement la fonction d’aumônier de sa communauté, il a accepté, entre autres, de célébrer des messes en rite latin, d’être prêtre accompagnateur en catéchèse des enfants et en pastorale des personnes âgées et malades.

Mykhailo est un jeune prêtre dynamique de 31 ans, rempli d’idéalisme et souple. Il a la capacité de s’adapter très vite à des situations très différentes de ce qu’il a vécu en Ukraine et de sa propre culture. Bref, c’est un exemple d’œcuménisme vécu sur le terrain. Dans un avenir proche, nous tenterons de créer de plus en plus d’amitiés et de relations réciproques entre les deux rites catholiques, en invitant les paroissiens à participer de temps en temps aux célébrations des autres…

Abbé Jean-Marie BUI, curé de l’UP Saint-Vincent aux Confluents