Un confinement n’empêche pas de bouger!

Publié le mercredi 18 janvier 2023

Après un premier livre (Relève-toi!), un essai autobiographique sur la traversée d’un burnout, Eve Kapem, écrivaine, professeure de français, mariée et maman de deux ados, nous livre un ouvrage de résistance intitulé City-trip.

Question de « Bouger » à travers les voyages d’Adèle, 25 ans et d’Alex, 94 ans. La première travaille en maison de repos, le deuxième y réside. Un roman qui situe sa narration à Stembert, en 2020, c’est à dire en plein confinement… et comme le dit l’auteure: “Même confiné, personne n’est enfermé“.

Nous l’avons rencontrée pour en savoir plus: “Le point de départ est la construction d’une maison de repos près de chez moi. Elle est apparue dans mon paysage visuel alors que j’avais encore des souvenirs lointains des visites à mon grand-père, placé en home. Parallèlement, j’ai vu un reportage télévisé à propos de la vie d’une maison de repos en plein confinement.
L’idée qui ressortait, était que tout allait bien, malgré la terrible solitude des pensionnaires, privés des visites des membres de leur famille. Les décisions prises suite à la pandémie provoquaient un plus grand isolement encore pour des personnes déjà fort en manque de liens. On privait ces vieux de leur bonheur qu’est de voir leurs proches. C’est là qu’est né le personnage d’Alex: oublié et rebelle. En outre, cet été-là, deux voyages que j’avais prévus ont été annulés. Or voyager est très important pour moi. Là est né le personnage d’Adèle: indépendante et pétillante.
Il me restait à enfermer ces deux êtres séparés par 69 ans dans une maison de repos, au fond du couloir des oubliés. Un seul moyen de s’échapper: voyager! Par la pensée évidemment, mais toutes ces villes qu’Adèle se met à raconter à Alex les emmènent à la fois loin du confinement dans des endroits merveilleux, mais aussi à l’intérieur d’eux-mêmes. Alex va revenir sur son passé douloureux et Adèle oser imaginer un futur possible.
Je me suis posée la question de savoir si l’on peut accepter de laisser mettre à mal nos libertés mais aussi nos valeurs. Parfois la manière dont les personnes âgées sont traitées dans la société me révolte car, à mes yeux, ce sont les personnes qui devraient être les plus respectées. Je voulais donc qu’Adèle fasse de la résistance contre les décisions prises pendant le confinement et arrive à sortir Alex de la prison dans laquelle il est enfermé depuis presque 20 ans! Leur rébellion va les faire renaître et les libérer du poids de leur passé respectif.
Pendant le confinement, je suis partie « en voyage » avec mes personnages. Je me suis replongée dans mes albums photos. Quand j’ai écrit ce roman, j’étais à la fois dans ma bulle à moi et à mille lieux de chez moi.
Chaque personnage porte un message que je veux faire passer et que je ne sais pas nécessairement dire dans ma vie courante! Ensuite, chaque ville décrite et que j’ai moi-même visitée m’a apporté quelque chose. Chaque voyage m’a enrichie, aidée à devenir qui je suis, transformée vers plus de sagesse, de quiétude et de contemplation.”

Si vous aimez les livres qui tiennent en haleine et font à la fois voyager et réfléchir, celui-ci est pour vous!

Caroline WERBROUCK

“Relève-toi! Ou comment je suis sortie du burn-out”, 2018, Empaj Editions
“Citry-trip”, 2021, Empaj Editions

Vous pouvez découvrir l’interview de l’auteure dans son intégralité sur https://vicariatsante-liege.be.