Recrutement de bénévoles pour les écoles dans l’Enseignement catholique

Publié le mardi 30 avril 2019

En Belgique, l’histoire a fait que l’enseignement catholique est étroitement lié au milieu associatif. Les Pouvoirs organisateurs ont cruellement besoin de bénévoles pour mener à bien leur mission. Un appel est donc lancé pour renouveler les forces vives et renforcer les équipes actuelles.

L’ADN de l’enseignement catholique aujourd’hui est basé sur le monde associatif, rappelle Jean-François Delsartre, directeur diocésain liégeois au SeDEF. Nous cherchons à renforcer nos équipes avec des personnes prêtes à donner du temps pour un projet éducatif d’avenir pour nos enfants.” Car aujourd’hui, l’école a un rôle à jouer dans la société et est l’un des derniers lieux où il est possible de changer les choses, pense le directeur. “Dans l’enseignement catholique, nous avons l’ambition d’inspirer des modèles et des valeurs que nous voulons pérennes.” L’enseignement catholique recherche donc des personnes expérimentées, disposées à mettre leurs compétences et expériences au service de l’école chrétienne.

Répondre aux obligations

© Cathobel

Ces vingt dernières années, la gestion de l’enseignement s’est fortement professionnalisée de sorte que la bonne volonté des membres des PO n’est plus suffisante. En effet, les législations votées à tous les niveaux de pouvoir ont considérablement augmenté le poids des obligations, que ce soit dans le domaine du bien-être au travail, de la sécurité et de l’hygiène, de la comptabilité sans compter la fameuse réforme des titres et fonctions. Sachant que l’enseignement catholique en Communauté Française scolarise 40 % des enfants du fondamental et 60 % des enfants du secondaire, la tâche est rude ! Rien que pour le fondamental dans le diocèse de Liège, on compte 800 bénévoles répartis dans 110 PO. “Nous favorisons déjà la fusion de certains PO pour rassembler les forces et les inscrire dans un projet régional, mais cela n’est pas toujours possible”, souligne encore Jean-François Delsartre. Mais que font les PO ? En résumé, ils prennent en charge la gestion du patrimoine, des bâtiments, les nominations, ou encore les emprunts. Face aux responsabilités qui leur incombent, les PO ne sont toutefois pas seuls. Ils peuvent faire appel aux services du SeGEC, des maisons diocésaines, et ont l’opportunité d’échanger leurs expériences lors d’assemblées régionales.

Pourquoi pas vous ?

A l’heure d’aujourd’hui, le SeGEC a pu recruter une quarantaine de bénévoles de très grande qualité. Mais il aimerait pouvoir toucher ceux qui, à l’aube de la retraite, angoissés par la perspective de l’inaction, seraient prêts à commencer une seconde carrière. Son appel est également destiné aux personnes travaillant à temps partiel et désireuses de contribuer à un projet qui a du sens, valorisant et épanouissant à plus d’un titre. “Nous ne sommes pas en crise, nous devons seulement assurer la pérennité des PO parfois fragilisés et leur permettre de répondre aux défis éducatifs aujourd’hui et demain”, conclut le directeur diocésain liégeois.

Sophie DELHALLE

Intéressé(e)s? Rendez-vous au stand du CODIEC au salon du Volontariat à Liège le week-end des 17, 18 et 19 mai 2019 ou pendant l’année à l’adresse suivante: Boulevard d’Avroy 17, 4000 Liège. Tél: 04/230.57.11.

Source : article principal de la page 14 du N°18 de Dimanche-Eglise de Liège du 5 mai 2019.