Nouvelle lettre pastorale : Notre Église a besoin de diacres

Publié le lundi 01 octobre 2018

Il l’a déjà annoncée dans son homélie lors de la Fête de saint Lambert, le 17 septembre dernier. Maintenant, elle a été envoyée aux paroisses. Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, vient de publier une courte lettre pastorale dans laquelle il souhaite promouvoir le ministère du diaconat permanent. Le diacre n’est pas un sous-curé ou un super-laïc ; le diaconat est une mission particulière dont on trouve des traces dans le Nouveau Testament et qui a été redécouverte lors du Concile Vatican II. A redécouvrir dorénavant dans nos Unités pastorales… Voici donc le texte intégral de notre évêque ! (für den deutschen Text, siehe Anhang !)

Devenir diacre aujourd’hui dans notre Église

Chers Frères et Sœurs, chers Prêtres et Diacres, chers Animateurs pastoraux, chers Consacrés,

Connaissez-vous quelqu’un qui s’appelle Étienne, ou Stéphane ou Stéphanie ? Sans doute ! Alors, sachez que ces Étienne, Stéphane et Stéphanie doivent leur nom à un saint très populaire, saint Étienne, en grec Stephanos, le premier martyr chrétien et le premier diacre de l’Église.

Des diacres célèbres

Les Actes des Apôtres nous racontent comment les premiers diacres ont été appelés. Il s’agissait pour l’Église de veiller au service des tables et à l’accueil dans les communautés. Les Douze Apôtres dirent à tous les disciples (Ac 6, 3-6) : « Cherchez, frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge ». C’est ainsi que l’on choisit « Étienne, homme rempli de foi et d’Esprit Saint » et six autres personnes. « On les présenta aux Apôtres et, après avoir prié, ils leur imposèrent les mains ».

D’autres diacres sont restés célèbres dans l’Église. Pensons d’abord à saint François d’Assise, qui a vécu de façon exceptionnelle l’amitié pour les pauvres en se faisant pauvre lui-même et en rayonnant sa confiance totale en Dieu. Pensons aussi à saint Laurent, diacre à Rome, au temps des persécutions de l’empereur Valérien. D’après la tradition il a refusé de livrer les biens matériels et les archives dont il a la garde ; il a rassemblé tous les chrétiens malades, orphelins ou infirmes et les a amenés au palais en disant à l’empereur: ‘Voilà tous les trésors de l’Église !’. Pensons aussi au diacre Ephrem, qui était syrien et a composé des hymnes religieuses pleines d’ardeur au point qu’on l’a surnommé « la harpe du Saint-Esprit ».

L’appel des diacres aujourd’hui

Aujourd’hui encore, l’Église fait comme les apôtres : elle cherche des diacres, qui se mettent au service de la Communauté, après avoir reçu l’imposition des mains en signe de leur mission sacramentelle. Je voudrais promouvoir dans notre diocèse de Liège cet appel de l’Église aux futurs diacres. Lancer un appel, c’est susciter des « vocations », sachant que ce dernier mot signifie « appel ». Je voudrais que chaque chrétien soit attentif à discerner ceux qui pourraient devenir diacres permanents et que l’on développe une culture de l’appel. En effet, aujourd’hui, comme dans l’Église primitive, les besoins sont nombreux. Le service des tables s’élargit au service des pauvres et au service des personnes en situation de fragilité. La communauté chrétienne vit en effet la solidarité entre ses membres et elle a besoin d’être stimulée et organisée à cette fin.

La mission des diacres

Ainsi, Étienne, après avoir été ordonné diacre, « fut rempli de la grâce de Dieu : il accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants ». Cela signifie qu’il était dynamique et inspiré dans sa foi et son action. C’est pourquoi il commença à prêcher avec enthousiasme. Des gens se mirent à discuter avec lui, « mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler » (Ac 6,10).

À la fin de son discours, Étienne exprima sa foi avec passion et dit : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu » (Ac 7,56). Comme Étienne, le diacre d’aujourd’hui est chargé de l’annonce de la Parole de Dieu et de la foi en Jésus-Christ. Comme Étienne, il est visionnaire et consacre sa vie au Christ. Dans notre Église, nous avons besoin de personnes qui se consacrent à l’annonce de la foi et de l’évangile. On passe de la vocation à la mission.

L’Église primitive a institué des ministères qui se complètent mutuellement : les évêques comme successeurs des apôtres, les prêtres pour présider aux communautés et les diacres pour le service des pauvres et de la Parole de Dieu. Chacun passe de la vocation à la mission. Les diacres permanents ont d’ailleurs leur mission propre : ce sont des hommes, mariés ou non, ils suivent une formation spécifique, ils sont ordonnés au service de l’évêque dans un diocèse et ils le représentent officiellement dans leur ministère, ils lisent l’Évangile durant l’eucharistie, ils l’expliquent et sont donc mandatés pour annoncer la foi dans notre diocèse, ils président des mariages et des baptêmes, ils s’engagent dans des services concrets envers les plus pauvres et les plus fragiles de notre société, ils s’impliquent dans la vie des communautés chrétiennes, au niveau des paroisses et des Unités pastorales, ou au niveau des pastorales spécialisées (prisons, hôpitaux, mouvements spirituels, associations sociales). Ainsi, ils stimulent toute l’Eglise à devenir plus servante et nous rappellent que nous sommes tous envoyés au service des autres.

Notre mission à tous

En ce mois d’octobre, mois de la mission universelle, nous sommes interpellés sur notre sens de la mission. Le pape François a insisté pour que le synode sur les jeunes fasse réfléchir ceux-ci à leur vocation et à leur mission dans le monde. Cette interpellation est adressée aussi à chacun d’entre nous. Quelle mission voyons-nous pour chacune de nos vies ? Dans le monde d’aujourd’hui, il y a un grand besoin d’amour. Comment y répondre concrètement ?

Dans l’Église, le ministère centré directement sur l’amour, c’est le diaconat. C’est pourquoi je fais un appel en faveur du diaconat permanent. Notre Église a besoin de service de l’humanité, de service de la communauté et de service de la parole de Dieu. C’est une vocation typique du diacre, c’est une mission enthousiasmante.

Alors, ouvrons l’œil et le bon ! Tous les Étienne ne sont pas de futurs diacres, et tous les diacres ne s’appellent pas Étienne ! Sachons discerner les vocations de diacres, sachons encourager leur mission !

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

1er octobre 2018

Hirtenbrief zur Berufung als Diakon – 01.10.2018