Les funérailles émouvantes de Cathy et Soraya

Publié le mardi 05 juin 2018

Ce mardi matin, le soleil n’a pas voulu se montrer. La grisaille météorologique était à l’image du silence lourd qui régnait autour du centre funéraire de Robermont. Tout juste une semaine après l’assassinat des deux policières par Benjamin Herman, Lucile (Cathy) Garcia et Soraya Belkacemi ont reçu les dernières honneurs lors d’une célébration chrétienne émouvante et très digne présidée par Mgr Delville, évêque de Liège. La veille, l’enterrement civil de Cyril Vangriecken, la troisième victime du terroriste radicalisé, a eu lieu à Vottem.

Plus d’un millier de personnes ont assisté à la cérémonie à Robermont depuis un écran géant installé sur le parking du centre funéraire. Des policiers pour la plupart, ils appartenaient à la police de Liège ou venaient d’autres régions du pays. L’accès à l’intérieur était réservé aux deux familles et aux autorités civiles. Celles-ci étaient venues en masse pour manifester leur solidarité avec les proches de Cathy et So et avec la Police dans son ensemble. A côté du représentant du Roi, on a pu voir le premier-ministre Charles Michel, ainsi que les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine, celui de la Coopération au Développement Alexander De Croo, le ministre-président wallon Willy Borsus et celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte, le président du PS Elio Di Rupo, les ministres de la Culture et de l’Egalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, Alda Greoli et Isabelle Simonis, la présidente du Sénat Christine Defraigne ou encore le président de la Chambre Siegfried Bracke, sans compter le bourgmestre de Liège Willy Demeyer et d’autres autorités locales. Même le prince Laurent, qui ne s’était pas annoncé, avait tenu à être présent aux funérailles.

Des funérailles chrétiennes

Les deux familles avaient demandé des funérailles chrétiennes communes pour les deux victimes. Assisté du doyen de Liège Jean-Pierre Pire et de Jean-Pierre Huyts, membre de l’aumônerie catholique du centre funéraire, Mgr Delville a préparé cette célébration avec elles. « Les familles m’ont demandé de présider cette célébration, en tant qu’évêque de Liège, parce qu’elles sont animées par la foi chrétienne et qu’elles se portent garantes de la même conviction chez les deux défuntes », a-t-il précisé dans l’introduction. Et de poursuivre : « Ensemble nous voulons célébrer le courage des deux policières, qui ont été sauvagement attaquées et ont donné leur vie pour le service de la société. Nous pensons aussi tout particulièrement aux policiers qui ont été blessés lors des événements. »

Après la remise posthume de la croix civique de première classe aux deux policières et une prise de parole de Christian Beaupère, Chef de Corps de la Police de Liège, les proches ont pu exprimer des hommages émouvants aux deux défuntes, en toute intimité puisque l’écran à l’extérieur, qui retransmettait la cérémonie, avait été éteint pendant quelques minutes.

La partie religieuse proprement dite commençait par le rite de la lumière, où les époux et enfants déposaient des veilleuses, allumées au cierge pascal, sur les deux cercueils. Les lectures bibliques (1 Jn 3,14.16-20 et Luc 12,35-38) avaient aussi été choisies par les familles. Le message était bien d’actualité : « Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères… N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité… Restez en tenue de service ».

Tenue de service

Dans son homélie (voir le texte complet en annexe), Mgr Delville mettait en évidence la « tenue de service » qui permettait à Soraya et Cathy de maintenir l’ordre dans leur quartier. Après avoir souligné leurs engagements, professionnels et sociaux, il a mis en garde contre les amalgames et invité au dialogue : « Nous le savons, si l’islam a été invoqué comme motivation de la tuerie, c’est qu’il est manipulé et pris en otage par des terroristes et des gens violents. Nous devons donc contribuer à libérer l’islam de ces interprétations manipulatrices et perverses, en promouvant continuellement le dialogue et l’amitié. »

Après le salut des corps par le représentant du Roi et les autorités, la célébration du Dernier Adieu s’est clôturée par un défilé de sympathie où la famille et les autres personnes présentes ont pu dire « Au Revoir » à Cathy et Soraya. Ensuite, les deux cercueils sont partis pour la crémation. La cérémonie de remise des cendres a eu lieu l’après-midi dans l’intimité familiale.

Même si le ciel n’a pas été clément ce mardi matin, les funérailles des deux policières ont été un baume sur la plaie causée par la violence aveugle. Elles ont peut-être aussi contribué à favoriser la détermination, le dialogue et la compréhension, loin de tout discours centré sur la haine et la vengeance.

Ralph SCHMEDER

Introduction aux funérailles de Lucile Garcia et Soraya Belkacemi

Homélie lors des funérailles de Lucile Garcia et Soraya Belkacemi