L’Eifel perd un lieu de vie spirituelle

Publié le mercredi 23 octobre 2019

Le phénomène de la fermeture des communautés religieuses concerne aussi la région germanophone. Après 34 ans au service des habitants de l’Eifel, la maison “Jungfrau der Armen” (Vierge des Pauvres), ancien Carmel, de Butgenbach ferme définitivement ses portes au mois de novembre.

Deux des cinq sœurs avec des membres du conseil pastoral de la région germanophone le 9 octobre 2019

A la fin, il ne restait que cinq sœurs, dont une seule n’a pas encore atteint l’âge de 80 ans. Les Franciscaines de la Sainte Famille ont décidé de faire revenir leurs consœurs à la maison mère située au “Klösterchen” (petit couvent) à Eupen. Dans ce bâtiment se trouve aussi une maison de repos et de soins où les plus âgées trouveront un entourage mieux adapté à leurs besoins.

Depuis 1985, les Franciscaines ont rayonné autour d’elles par une vie de prière intense, mais aussi par leur accueil chaleureux. De nombreux chrétiens de la région y sont passés pour des retraites individuelles, des rencontres ressourçantes, des fêtes religieuses émouvantes et des formations. De nombreux étudiants y ont préparé leurs examens, et des personnes en quête d’aide concrète ou d’une oreille attentive y ont trouvé écoute et soutien.

La dernière fête dans la chapelle du «Carmel» le 14 juin 2019

Malgré cette présence franciscaine, les habitants de la région parlaient toujours du “Karmel”. En fait, après la Seconde guerre mondiale, une communauté de Carmélites avait acheté l’ancien bâtiment administratif de l’état prussien. Malgré des dégâts importants, avec l’aide de la population, elles y avaient créé un couvent qui a fonctionné pendant presque quarante ans. Après leur départ, pour continuer cette tradition contemplative, et malgré que la première vocation des Franciscaines d’Eupen était situé plutôt dans le domaine caritatif, elles ont envoyé une petite communauté vers le sud.

Maintenant, il semble que la page sera définitivement tournée. Pour les sœurs âgées, la décision d’un nouveau regroupement est certainement la meilleure solution, mais les chrétiens de l’Eifel ont l’impression qu’une partie de l’âme chrétienne de la région va s’en aller…

Ralph SCHMEDER