La pastorale des funérailles, un lieu pour témoigner de l’espérance

Publié le lundi 28 février 2022

Une Église en sortie missionnaire, voilà ce que souhaite le pape François. C’est assurément ce que vivent les quelques cent-cinquante laïcs engagés dans la pastorale des funérailles dans notre diocèse. Un beau ministère que celui-là qui rencontre les familles en deuil au creux de leur souffrance et propose de faire un bout de chemin avec eux.

Les disciples sur le chemin d’Emmaüs.

Tel Jésus lui-même rejoignant les deux sur le chemin d’Emmaüs: ils ont le cœur lourd et le pas lent, et le Christ se fait compagnon soulageant quelque peu la peine par sa seule présence fraternelle et compatissante.

Ce mardi 22 février les personnes qui rendent ce service d’Église dans leur Unité pastorale étaient conviées à une rencontre d’échanges et de formation. Ils étaient plus de septante à avoir répondu à l’invitation. L’abbé Benoît Hauzeur, prêtre de Bruxelles, nous a aidés à réfléchir au thème “Comment célébrer les funérailles avec une assemblée hétéroclite ?“. Car lors de célébrations d’obsèques, se mêlent croyants, mal-croyants, non croyants, croyants d’autres confessions ou d’autres religions. Quelle est, dès lors, la juste attitude à adopter ? Comment être à la fois respectueux de tous et témoins de la foi et de l’espérance chrétiennes ?

Les réflexions et les conseils de l’orateur du jour nous auront aidés, à n’en pas douter, à trouver le bon ton et le juste positionnement tant dans l’approche des familles que dans le temps de prière lui-même. Chacun est reparti encouragé dans son ministère et nourri pour sa pratique. “Cela me confirme dans cette mission et me donne envie de m’améliorer encore” dira l’un des participants pourtant vétéran de la pratique !

Le temps de prière qui clôturera cette riche matinée nous proposera un superbe extrait du livre “Sagesse d’un pauvre” d’Eloi Leclerc qui met dans la bouche de saint François ces mots : “Le Seigneur nous a envoyés évangéliser les hommes. Mais as-tu réfléchi à ce que c’est qu’évangéliser les hommes? Evangéliser un homme, vois-tu, c’est lui dire : “Toi aussi, tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus.”… Se comporter avec cet homme de telle manière qu’il sente et découvre qu’il y a en lui quelque chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu’il pensait, et qu’il s’éveille ainsi une nouvelle conscience de soi. C’est cela, lui annoncer la bonne nouvelle. Tu ne peux le faire qu’en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée, sans condescendance, faite de confiance et d’estime profonde. Il nous faut aller vers les hommes.

Et au terme de tout cela, des mots qui relançaient la mission : “D’autres, ailleurs, attendent une parole, un geste, un regard de compassion: ils pleurent sur leur chemin de souffrance et de deuil. C’est vers eux que le Seigneur vous envoie, pour être, en Église, signes de la bonté bienveillante de Dieu. Allez donc, maintenant…

Avec Béatrice, Brigitte, Christian et Malou,
Olivier Windels, vicaire épiscopal