Gaudete et Exsultate: « N’aie pas peur de la sainteté »

Publié le lundi 09 avril 2018

« Gaudete et exsultate », « Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse » : c’est le titre de la nouvelle exhortation apostolique du pape François présentée lundi 9 avril 2018 à midi dans la salle de presse du Saint-Siège.

Le Pape a décidé de publier le document dans le sillage du Dimanche de la Miséricorde sur un thème qui appelle chaque chrétien à la sainteté dans le monde contemporain. Les trois intervenants étaient le vicaire du pape pour le diocèse de Rome, Mgr Angelo De Donatis, un journaliste italien ami du pape de longue date, Gianni Valente, et Paola Bignardi, ancienne présidente de l’Action catholique italienne. Il s’agit de la troisième exhortation apostolique du pape François après « Evangelii gaudium », sur l’annonce de l’Évangile dans le monde actuel (novembre 2013), et « Amoris laetitia » sur l’amour dans la famille (mars 2016).

Pour le pape François, la sainteté est un chemin de bonheur, accessible à tous. Dieu nous veut saints, nous ne devons donc pas avoir peur de la sainteté. C’est pourquoi François nous propose une sorte de petit traité de vie spirituelle – même s’il s’en défend – pour nous aider à accueillir la sainteté dans notre quotidien. Dans ce texte divisé en cinq chapitres où il recourt au tutoiement, on retrouve la radicalité évangélique du souverain pontife mais aussi des pistes concrètes pour relever les défis de notre temps et saisir les opportunités de sainteté qui s’offrent à nous chaque jour. Le pape François y commente également huit des Béatitudes. Il revient également sur ce qu’il appelle le « grand critère » de sainteté, repris dans l’évangile du Jugement Dernier (Mat 25, 35-36) : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, … »

Un texte comme une boussole

Dans le premier chapitre consacré à l’appel à la sainteté, le pape François évoque les grandes personnalités que sont les saints d’hier et qui nous paraissent parfois inaccessibles. Or, il ne faut point se décourager car chacun est appelé à la sainteté dans sa propre condition qu’il soit consacré, père de famille, grand-père, travailleur, représentant de l’autorité publique, …

« N’aie pas peur de la sainteté. Elle ne t’enlèvera pas les forces, ni la vie, ni la joie. C’est tout le contraire, car tu arriveras à être ce que le Père a pensé quand il t’a créé. » (32) Le pape ajoute ceci : « N’aie pas peur de viser plus haut ». (34)

Le deuxième chapitre est consacré aux deux ennemis de la sainteté : le gnosticisme et le pélagianisme actuels. Pour François, il faut lutter contre cette forme de superficialité vaniteuse qu’est le premier et contre une forme subtile du second qui transforme la vie de l’église en pièce de musée et en fait la propriété d’un petit nombre.

Les Béatitudes sont évoquées dans le troisième chapitre et le pape François veut nous montrer que Jésus nous appelle à l’action. Il décline la sainteté en une série de petites phrases formulées comme suit : « Réagir avec une humble douceur, c’est cela la sainteté ! » (74), « Semer la paix autour de nous, c’est cela la sainteté ! » (89) ou encore « Accepter chaque jour le chemin de l’Evangile même s’il nous crée des problèmes, c’est cela la sainteté ! » (94)

Dans un quatrième chapitre, le souverain pontife nous entretient de quelques caractéristiques de la sainteté dans le monde actuel comme l’endurance, la patience, la douceur, la joie, le sens de l’humour, l’audace, la ferveur, vivre en communauté, pratiquer la prière constante, …

Dans le dernier chapitre, le pape François nous rappelle que la vie chrétienne est un combat permanent contre le mal. Il nous appelle donc à la vigilance. « Ne nous endormons pas ». (164) Il conclut par une réflexion sur le discernement. « Sans la sagesse du discernement, nous pouvons devenir facilement des marionnettes à la merci des tendances du moment. »   (167) Il nous met aussi en garde, surtout les jeunes, contre cette société du « zapping constant ».

En guise de conclusion générale, le pape écrit : « J’espère que ces pages seront utiles pour que toute l’Eglise se consacre à promouvoir le désir de la sainteté. Demandons à l’Esprit Saint d’infuser en nous un intense désir d’être saint pour la plus grande gloire de Dieu et aidons-nous les uns les autres dans cet effort. Ainsi, nous partagerons un bonheur que le monde ne pourra nous enlever. » (177)

Sophie DELHALLE

Pour lire l’intégralité de l’exhortation apostolique, cliquer sur ce lien.