Cinq mois de service dans le diocèse de Kayes au Mali

Publié le jeudi 02 mai 2019

Après son ministère de curé-doyen à Verviers, l’abbé François-Xavier Jacques vient de passer cinq mois dans le diocèse de Kayes au Mali. Il s’était mis au service de Monseigneur Jonas Dembélé qui était venu comme vicaire dominical à Verviers en 2009-2010 lors de ses études à Lumen Vitae. En cliquant sur ce texte vous pouvez accéder à un bref compte-rendu de l’abbé Jacques sur son séjour.

Le diocèse de Kayes : un diocèse immense à l’ouest, nord-ouest du pays, à la frontière de la Mauritanie au nord et du Sénégal à l’ouest. Près de 160.000 Km2, soit plus de 40 fois la superficie du diocèse de Liège (province de Liège 3.844 Km2) et plus de 5 fois celle de la Belgique (30.688 Km2). Une population de près de 3.000.000 habitants et 9.000 catholiques, soit à peine 0,30%. Sept paroisses avec de petites communautés et équipes de un à trois prêtres et trois ou quatre religieuses. Surtout du clergé diocésain avec en plus, au nord, dans la paroisse de Nioro-du-Sahel une communauté de Missionnaires d’Afrique africains (Pères Blancs) et dans les autres paroisses deux prêtres d’autres diocèses du Mali, un Burkinabé et moi, Belge.

J’étais dans la paroisse, à Liège on dirait « unité pastorale », de Kayes, la paroisse cathédrale, avec l’évêque, le curé-vicaire général et un jeune vicaire du diocèse de Mopti où j’ai habité et travaillé de 2003 à 2008. J’y avais différentes missions.

Un travail dans l’enseignement. « Aumônier diocésain de l’enseignement catholique du diocèse de Kayes ». Des contacts et rencontres surtout avec les directions et les enseignants qui ont débouché sur des animations sur le thème « L’enseignant, guide et modèle ».

Le diocèse compte huit écoles. A Kayes, deux premiers cycles (6 premières années) et un second cycle (3 années) ; à Kakoulou, à 30 km de Kayes, un premier cycle et un second cycle ; à Kita, à 400 km de Kayes (ce qui m’a permis de beaux déplacements par piste et traversées du fleuve Sénégal en bac), deux premiers cycles et un second cycle. Pour l’année 2017-2018, cela faisait 2.724 élèves, avec des classes d’une quarantaine d’élèves, mais parfois une soixantaine. Moins d’un cinquième des élèves et la moitié des enseignants sont catholiques. Les autres musulmans et quelques protestants.

Certaines classes étant dans un état de saleté avancé, avec l’argent que je reçois, j’aiderai à en repeindre.

Un peu de travail administratif, doubles des registres, statistiques, qui m’a permis de plonger dans les archives de l’histoire du diocèse. La première paroisse a été créée en 1888 par les Pères du Saint Esprit. A lire les rapports et récits des Pères, je découvre que l’Evangélisation a toujours été difficile, portant peu de fruits malgré un accueil plutôt sympathique des populations locales. Certaines communautés sont nées de la conversion des habitants, d’autres de l’arrivée dans les villes ou villages de chrétiens y venant pour raisons professionnelles. Ce qui explique la petite taille et la dispersion des communautés. Parfois seulement une famille ou une dizaine de personnes ; les prêtres y viennent plusieurs fois par an, souvent pour des célébrations. Le reste du temps, ces communautés se prennent en charge pour l’organisation des activités et des célébrations.

De la présence et un accompagnement de divers groupes, Amis de Kizito (enfants), CEEC (Communauté des élèves et étudiants chrétiens), groupes d’adultes (surtout des hommes, les femmes ayant des activités spécifiques avec les Religieuses)

Et des célébrations à Kayes ou dans les communautés de la paroisse. Avec de 12 à 150 km de déplacement par route mais aussi par pistes.

Les chrétiens sont très largement minoritaires mais, généralement, reconnus et respectés dans leur foi et leur vie chrétienne. Toutefois être minoritaire et vivre sa foi en milieu majoritairement musulman est loin d’être facile. C’est vivre des valeurs et des célébrations non partagées par l’ensemble de la population et à certains moments cela demande volonté et courage. Malgré ces difficultés beaucoup vivent leur foi avec beaucoup de fidélité.

De retour en Belgique, je suis au service de l’unité pastorale de Theux et du doyenné de l’Ardenne comme prêtre auxiliaire. Avec un nouveau départ pour le Mali en octobre pour poursuivre le travail commencé. En espérant que l’état de sécurité du pays le permettra.

Abbé François-Xavier JACQUES