Carême en demi-teinte ?

Publié le vendredi 12 février 2021

Le carême s’ouvre par le Mercredi des Cendres, au lendemain du Carnaval. De carnaval il n’y a guère en cette année de pandémie. Mais les fêtes religieuses ne s’arrêtent pas en raison de la pandémie. Tout est bon pour nourrir notre vie chrétienne, par les célébrations possibles, la prière en groupe, ou en famille, ou encore par tous les engagements possibles, signes de notre sens du « service », appelé dans l’Église « diaconie » et notre enracinement dans la prière personnelle.

Communiqué de la Conférence épiscopale de Belgique

Pourquoi insister ? Parce que le Carême est la montée vers Pâques, sommet religieux de l’année liturgique. Pour les chrétiens, un temps de conversion dynamique, personnelle et communautaire. Une montée demande un élan, pas des muscles mais un grand désir. À chaque âge, à chaque situation personnelle, un désir qui lui correspond. Le chemin de Pâques n’est pas une promenade de détente non plus… c’est une progression qui trouve son apogée dans la Semaine Sainte, célébration de la Passion, Mort et Résurrection de Jésus. 

Le Mercredi des cendres 

Quant au rite des cendres qui sera utilisé, les évêques de Belgique se rallient à l’orientation donnée le 12 janvier dernier par la Congrégation romaine pour le culte et les sacrements vu la situation de pandémie : 

Le geste de l’imposition des cendres en temps de pandémie 

Ayant dit la prière de bénédiction des cendres et après les avoir aspergées d’eau bénite sans rien dire, le prêtre, s’adressant aux personnes présentes, dit une fois pour toutes la formule telle qu’elle se trouve dans le Missel Romain : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » ou « Souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras en poussière ». 

Ensuite le prêtre se lave les mains et met le masque, puis il impose les cendres à ceux qui s’approchent de lui (ou, si cela est jugé opportun, il s’approche de ceux qui se tiennent debout à leur place). Le prêtre prend les cendres et les laisse tomber sur la tête de chacun, sans rien dire. 

Comme on le voit, la Congrégation veille à ce qu’il n’y ait pas de contact de personne à personne ni de parole prononcée en situation de proximité. Ce rite n’est pas étranger à ce qui se pratiquait dans la liturgie comme forme d’imposition des cendres : des rituels romains du moyen âge appelés Ordines romani indiquent qu’à Rome le clergé et le peuple recevaient les cendres de cette manière : s’avançant vers les ministres, ils inclinaient la tête en signe d’humilité et l’officiant laissait tomber un peu de cendres sur la tête, évocation de l’utilisation des cendres comme geste biblique de pénitence. On a vu d’ailleurs les papes Jean-Paul II et Benoit XVI reprendre ce geste de l’imposition des cendres sur la tête. 

Beaucoup de pistes liturgiques ou familiales sont proposées sur le site du Vicariat du Brabant wallon : https://www.bwcatho.be/2021/02/08/bientot-le-careme-message-corona-n-19-de-mgr-jean-luc-hudsyn 

Élaborées par les différents diocèses, ces pistes seront adaptées selon les dispositions locales de chaque diocèse ou paroisse.  

Outre les célébrations eucharistiques, Mgr Jean-Luc Hudsyn, évêque auxiliaire pour le Brabant wallon, suggère d’inviter à se rendre à l’église pour suivre, seul ou en famille, un parcours symbolique illustré par une décoration appropriée : lecture du texte du prophète Joël, réception des cendres, récitation du « Notre Père », communion éventuelle et bénédiction. 

Mgr Hudsyn demande aux prêtres et diacres d’assurer des permanences à l’église pour faciliter cette démarche des fidèles, du mercredi des cendres jusqu’au premier dimanche de carême. 
Mgr Hudsyn célèbrera les Cendres avec la communauté bénédictine de Rixensart.  

Diocèse de Tournai
Cathédrale Notre-Dame de Tournai

Mercredi des Cendres (maximum 15 personnes dans l’assemblée) :
– Eucharistie à 11H00 présidée par Mgr Guy Harpigny
– Eucharistie à 18H30 présidée par Mgr Guy Harpigny
Bien que ce ne soit pas obligatoire, nous vous conseillons de vous inscrire auprès d’un sacristain de la cathédrale (tél. 069/84 34 69) en précisant la messe et l’heure choisies. 

Diocèse de Namur

Mgr Pierre Warin présidera trois liturgies de la parole avec imposition des cendres, qui auront lieu en la cathédrale Saint-Aubain, le mercredi 17 février à 11H30, 12H et 12H30. Le nombre de fidèles étant limité à 15 personnes, il est indispensable de s’inscrire via le lien : 
https://kelmesse.org/inscription2.php?marque=NAM&codeproduit=5000NAMUR    
Une eucharistie sera elle célébrée par le chanoine Jean-Marie Huet, toujours avec imposition des cendres, à 18H30 en la cathédrale. 

Archevêché Malines-Bruxelles
Mercredi des Cendres 17 février 2021

– Vicariat du Brabant wallon
Mgr Jean-Luc Hudsyn , évêque auxiliaire pour le Brabant Wallon, célèbrera les Cendres avec la communauté bénédictine de Rixensart.  
– Vicariat de Bruxelles
Entrée en Carême avec Mgr Jean Kockerols. Imposition des cendres par l’évêque auxiliaire de 12H à 13H30 en la cathédrale Saints-Michel et Gudule, où il sera en permanence.

Diocèse de Liège. Cathédrale Saint-Paul, Liège :
Célébration des Cendres, retransmise sur YouTube

Mercredi des Cendres 17 février 2021 à 9H00 
La célébration du Mercredi des Cendres présidée par Mgr Jean-Pierre Delville, sera retransmise à 9H00 sur YouTube depuis la Cathédrale.
Chaine YouTube St-Nicolas – Site Web :  https://www.youtube.com/user/DoyenSaintNicolas  
D’autres pistes pour célébrer l’entrée et le Temps de Carême peuvent être consultées dans les actualités et l’agenda du site diocésain de Liège.

SIPI – Bruxelles, vendredi 12 février 2021