Carême de Partage 2021: 60ème anniversaire de la campagne

Publié le lundi 15 février 2021

Il y a soixante ans, l’Église de Belgique lançait les campagnes de Carême de Partage pour soulager les populations du Kasaï, en République Démocratique du Congo, d’une terrible famine.

La faim tue toujours en RDC, un pays riche en ressources… mais écrasé entre des élites politiques corrompues et des entreprises niant les droits humains, le pays plie sous le poids d’une dette qui n’a pas servi au peuple. Le pays consacre davantage de ressources à son remboursement et à ses intérêts faramineux qu’aux secteurs de la santé et de l’éducation réunis!

60 ans de campagnes de Carême de Partage: un échec de notre solidarité? Un rappel à l’humilité plutôt.

Triple mission

Entraide et Fraternité a reçu trois missions pour rendre possibles les petits miracles du quotidien. D’abord, soutenir nos partenaires. Formations, production agroécologique, microentreprises: ils se prennent en main pour éviter les famines.

Ensuite, sensibiliser et mobiliser le public belge. Cette année, c’est sur le thème de la dette. Les pays pauvres remboursent à la Belgique 8 millions d’Euros par an. Une paille (!) qui fait perdurer une relation de soumission et ampute leurs investissements dans les services de base. Une exposition « Dette et migration » se tiendra par exemple à la Cathédrale St Paul de Liège en mars. Elle est inaugurée ce mercredi 17 février de 18h à 19h30 par une visite virtuelle. Créée par le Comité pour l’annulation des dettes illégitimes (CADTM), elle sera mise en regard de grands textes de l’histoire chrétienne sur la dette et de 60 ans de campagnes de Carême.

Enfin, il faut aussi orienter les politiques belges. Annuler ces dettes est un préalable pour permettre aux citoyens et citoyennes des pays pauvres de faire respecter leurs droits. Pour montrer que le partage a un sens en cette période: une pétition à signer dans les églises ou sur le site https://www.annulerladette.be.

Pour ses 60 ans, Entraide et Fraternité a reçu un message du pape François: « J’encourage vos partenaires qui se battent au jour le jour contre l’inacceptable pauvreté, tout comme les donateurs qui vous soutiennent par un partage financier. Nous avons, toutes et tous, le même objectif: construire un monde plus juste et plus fraternel ».

Inlassablement, c’est pour les droits des plus pauvres qu’il faut se lever.

Christophe CORNET