TÊTE VERGLAS

Dans le cadre de l’événement VOLIERE 1519-2019 « la volière aux oiseaux blessés », l’artiste gantois Ronny Delrue réalise une intervention artistique en lien étroit avec le thème de la santé mentale, de la psychiatrie et de l’enfermement, écho des missions premières des Cellites. A voir à la Chapelle Saint-Roch-en-Volière à Liège jusqu’au 4 avril 2020.

Ronny DELRUE ‘Karel’, 2013

Ronny Delrue transforme la chapelle en tête. A travers quelques intégrations, il se concentre sur la pensée de l’homme. Ses sculptures sont des portraits mais aussi des paysages de l’esprit. Il nous donne l’occasion de « marcher » dans notre propre tête et celle des autres. Il nous questionne : que se passe-t-il dans nos têtes lorsqu’il y a trop de jeux, trop de questionnements ? Sommes-nous assez vigilants face à la manipulation de notre pensée ? Comment réagissons-nous en cas de pollution de votre tête ?

Le Promeneur 

L’image du « Walker », situé dans le chœur de la chapelle, représente un promeneur, un homme aux pieds attachés, avec une tête beaucoup trop grande.  Son corps est protégé par du goudron qui le rend imperméable.  Par contre, la tête est en plâtre, donc fragile et vulnérable. Son volume la rend difficile à soutenir.

Les enfants kamikazes : bomb children

Sur l’autel, quelques cloches en verre abritent des silhouettes d’enfants kamikazes, en porcelaine. Elles sont posées juste à l’extrémité du plateau de l’autel, prêtes à tomber.  A première vue, les enfants semblent très purs et très beaux. Mais leurs corps sont clonés : seules les jambes peuvent se déplacer et les mener jusqu’à leur but. Leur corps et leur tête ont la forme d’une bombe. Serait-ce les nouveaux saints ?

De l’autre côté de l’autel, contre le bord, une autre cloche en verre, métaphore d’une tête vide. La cloche est peinte avec des points noirs, de la neige noire. Il faut être très observateur pour les remarquer. La pollution s’infiltre de manière insidieuse, presqu’invisible dans l’esprit et le corps de l’homme.

Posée sur le sol, contre l’autel, une photo noir et blanc de Van Gogh perforée : V.v.G. Memory Revisited. Les perforations nous permettent, pour ainsi dire, de regarder à l’intérieur de cet esprit impénétrable. Avec ce peintre, les frontières entre l’art et la psychiatrie se rejoignent.

Dans la nef, une installation de Portraits spirituels : est-ce nous qui les regardons ou eux qui nous regardent ? Ces personnages (Isabelle, Karel, Hugo, Tim …) ont été créés au cours d’une intense collaboration avec des personnes en difficulté psychotique pour le projet Y.E.L.L.O.W (Art et psychiatrie, commissaire Jan Hoet, à Geel en 2001). Cette collaboration a entraîné plusieurs portraits grandeur nature, dont l’autoportrait de Ronny et celui de Karel.

(Dr. Hiëronymus van der Straeten, juin 2019)

« Tête verglas », un travail introspectif, à l’image d’un cerveau qui dérape, prisonnier du verglas. Exposition du 12 octobre 2019 au 4 avril 2020 à la chapelle Saint-Roch (17-19 Rue Volière 4000 Liège) les samedis et dimanches de 13 à 16 heures (accès gratuit).

Informations : www.chapelle-voliere.be

À NOTER : Ronny DELRUE expose également  à la CENTRALE for contemporary art de Bruxelles (jusqu’au  14 mars 2020).