L’abbé Pierre Simons est décédé à Butare ce 24 août 2020. Il était né le 10 mai 1941 à La Calamine et avait été ordonné prêtre le 28 juin 1969 à La Calamine. Après avoir été nommé viciare à Seilles en 1969, il est allé au Rwanda en 1977 et y est resté jusqu’aujourd’hui. Il s’y est dépensé sans compter. Voici le témoignage du diocèse de Butare :

« L’Abbé Simons a été un vrai missionnaire parmi nous, aimant Dieu, détaché, il s’est  donné avec tout son cœur aux enfants dont il s’occupait dans l’orphelinat de Cyotamakara.  Il était venu pour le Collège du Christ Roi à Nyanza qui était dirigé par des abbés du Diocèse de Liège mais, très vite, il a commencé à s’occuper des enfants abandonnés. Nous remercions le Diocèse de Liège pour ce missionnaire infatigable qu’il nous a donné. Nous adressons nos sincères condoléances aux membres de sa famille, à tous ses amis et aux enfants dont il s’est occupé. Nos condoléances vont également au Diocèse de Liège qui vient de perdre ce missionnaire remarquable pour sa bonté et son grand sens de Dieu et pour son dévouement pour les faibles et les pauvres. Ces derniers temps, comme l’orphelinat avait été fermé,  il était aumônier du couvent des sœurs visitandines et du Noviciat des sœurs Benebikira à Save, mais il continuait à recevoir les jeunes qu’il avait aidé à Cyotamakara. Qu’il repose en paix auprès de ce Dieu qu’il a tant aimé et servi. »

—————————————

« C’est une figure attachante qui nous a quitté. J’étais toujours frappé, quand je le rencontrais au Rwanda, par son amour du pays, des gens et des plus petits en particulier.
Il a voulu rester et partager, avec le peuple, le triste épisode du génocide de 1994 et a sauvé plus de 200 vies. Aucun de ses enfants ne sont morts pendant ces mois de guerre. Beaucoup des orphelins se souviendront du rôle unique que le Père Simons a joué pour eux : de père, de protecteur, d’éducateur.
Pierre Simons a toujours eu une vie de prière fidèle, attachée à l’eucharistie et à Notre Dame de Banneux. Il marchait sur les pas de Don Bosco, dont le home de Cyotamakara porte le nom et était nourri de la spiritualité de Saint François d’Assise.
Dans les prochains mois, un court métrage  sera consacré à Pierre Simons, ainsi qu’une plaquette souvenir avec une interview et des témoignages.
Toutes mes condoléances à sa famille et à ses nombreux enfants , une fois de plus orphelins mais reconnaissants d’avoir pu croiser sa route.
Bon vent Pierre ! »

Abbé Baudouin Charpentier,
Vicaire épiscopale « Evangile & Vie ».

Nachruf: Markante Stationen im Leben und Wirken von Pierre Simons