Monsieur l’abbé Gaston Schoonbroodt né à Clermont-sur-Berwinne le 19 août 1930, ordonné prêtre le 19 décembre 1953, est décédé ce mercredi 22 avril à la maison de repos de Herve à l’âge de 89 ans.

Il reposera au funérarium Radermecker à Herve où les visites seront réservées à la famille vendredi de 17 à 18h.
Il sera incinéré lundi et un temps de prière réservé à la famille aura lieu lundi à 11h au cimetière de Herve. Il y aura une célébration à l’église après la fin du confinement.

Vous trouverez ci-dessous quelques informations complémentaires rédigées par Monseigneur Delville d’après « La Libre Belgique ».

En union de prière.

Doyen Fabrice de Saint Moulin.

L’abbé Gaston Schoonbroodt est décédé à l’âge de 89 ans ce 22 avril 2020 à Herve. Il était né à Clermont-sur-Berwinne le 19 août 1930. Il a été ordonné prêtre le 19 décembre 1953. Il a été nommé alors vicaire à Lize-Notre-Dame. Puis en 1963, à Ruy. Son implantation dans la banlieue liégeoise et ses contacts avec le monde ouvrier l’ont convaincu de devenir prêtre ouvrier. C’est ainsi qu’il a acquis en 1966 le statut de Missionnaire de la Vierge des Pauvres et s’est installé à Jemeppe.

Il a travaillé notamment à la STIL (l’ancien nom du TeC) : il a été wattman et percepteur, puis a conduit des autobus. Puis il a travaillé à Cockerill-Sambre. Il avait assuré la messe des funérailles de Julie et Mélissa en août 1996. Il n’avait d’ailleurs pas hésité à lancer une tirade restée dans les mémoires de nombreux Liégeois. “Et toutes les prières où sont-elles allées ? Et toutes les bougies qu’on a fait brûler, cela a servi à quoi ? Les réunions de prières, les pélerinages ? Le bon Dieu est-il sourd ? Non, ce n’est pas blasphème de s’exprimer ainsi…”

Gaston Schonbroodt avait également assuré les funérailles de Nathalie et Stacy, deux fillettes assassinée par Abdallah Aid Out ainsi que celles de la petite Elisabeth Brichet.

Pensionné, il a d’abord vécu à Jemeppe et à Seraing avant d’intégrer une maison de repos à Herve.

Intime de la famille Russo, il a également noué une amitié solide avec la famille Lejeune. Il y a quelques semaines à peine, les deux familles se sont d’ailleurs rendues à la maison de repos pour rendre visite à l’abbé. L’homme paraissait fatigué et peut-être les uns et les autres se doutaient-ils qu’il s’agissait de leur dernière rencontre. Jean-Denis Lejeune a d’ailleurs tenu à rendre hommage à son ami disparu.

(d’après LLB du 22 avril 2020 et les informations du diocèse)