Le dimanche qui précède la fête du Christ Roi, c’est-à-dire le 33e dimanche ordinaire de l’année liturgique (le 17 novembre, en 2019), a été proclamé par le pape François “Journée mondiale des pauvres”.

C’est à la fin du jubilé de la Miséricorde en 2016 que le Pape a diffusé cette idée et ce projet. Il a voulu que chaque année, on mette à l’honneur les pauvres dans l’Église, sans ostentation, mais avec conviction. Il a chargé le dicastère pour la Nouvelle évangélisation, dirigé par Mgr Rino Fisichella, de préparer la célébration à la Basilique Saint-Pierre et de préciser la thématique de cette année.

C’est pourquoi Mgr Fisichella est venu visiter Banneux en juin 2019 afin de faire connaissance avec le sanctuaire et avec le message donné par la Vierge des Pauvres en 1933. J’ai pu le rencontrer à cette occasion, avec le Recteur du Sanctuaire, l’abbé Léo Palm, et lui expliquer le sens des apparitions et le développement du pèlerinage. Il a été convaincu de la valeur de ce message. Marie avait dit : « Je suis la Vierge des Pauvres » et « Cette source est dédiée à toutes les nations ! »  Le message est donc destiné aux pauvres et il est universel. C’est pourquoi Mgr Fisichella a promu l’idée de placer une statue de Notre-Dame de Banneux, la Vierge des Pauvres, à gauche de l’autel de la Confession, où le pape devait célébrer la messe du 17 novembre.

Le sanctuaire de Banneux a décidé alors d’offrir au Pape trois exemplaires de la Vierge des pauvres, en polyester de grand format, et un exemplaire sculpté en bois, de petit format. Une délégation du sanctuaire accompagnait le cadeau et a pu participer à la célébration de la Journée mondiale des Pauvres : elle regroupait l’abbé Heinz Schneider, aumônier de Banneux et Fabian Delarbre, cérémoniaire. J’accompagnais cette délégation et j’ai pu concélébrer la messe avec le Pape, en compagnie d’autres évêques et cardinaux. Avant la célébration j’ai eu l’occasion de saluer le Pape personnellement et de lui rappeler le sens de Banneux ; je lui ai offert la statuette de la Vierge des pauvres en bois et un livre sur Banneux. Je me suis permis de l’inviter à venir en pèlerinage à Banneux. Il m’a répondu : « Pourquoi pas ? »

Il s’agit maintenant de concrétiser l’invitation ! À la fin de la messe, le Pape s’est mis en prière devant la Vierge des Pauvres, pendant que le chœur entonnait un chant à Marie. Puis il a mis sa main sur les pieds de la Vierge en signe de vénération. Après la messe, il offrait un repas à 1500 pauvres de Rome dans la Salle des audiences. Pendant ce temps, le sanctuaire de Banneux avait organisé dans la grande chapelle Saint-François, une table ouverte pour tous, ouverte au tout venant, et en particulier aux pauvres. Le Pape a aussi inauguré, l’avant-veille, une maison d’accueil pour les pauvres et les sans-abris, le Palazzo Migliori, située à quelques mètres de la colonnade de la place Saint-Pierre, à deux pas du Vatican. La maison peut accueillir trente personnes pour la nuit et une centaine pour les repas. La gestion est confiée à la Communauté de Sant’ Egidio.

Ainsi, le Pape a joint le geste à la parole et à la prière. Tous ces gestes ont été appréciés et méritent d’être soutenus universellement. Ils contribuent à nous unir aux pauvres et à construire avec eux un nouvel avenir, pour leur salut et leur bonheur, avec la grâce de Dieu.

† Jean-Pierre Delville

Source: article 2020 dans la revue « Témoignage » de Pro Petri Sede