Abbé Georges POERTERS

L’abbé Georges Poerters, né à Welkenraedt le 14 janvier 1933, ordonné le 9 juillet 1961, ancien recteur de Herbesthal-Baum, curé émérite et prêtre auxiliaire dans l’Unité pastorale Baelen-Welkenraedt, est décédé dans le courant de la nuit du dimanche 5 au lundi 6 mai 2019.

Après avoir été vicaire à Saint-Joseph à Eupen en 1961, il a été nommé curé à Heppenbach en 1971 et à Herresbach en 1984. De 1989 à 1998, il a été curé dans le doyenné de Saint-Vith, à Auderange, Maldange et Braunlauf, tout en étant prêtre auxiliaire à Beho et Oudler dans le diocèse de Namur. À partir de 1999, il a été pensionné et s’est installé à Welkenraedt, où il a été aumônier des visiteurs de malades. Il était aussi prêtre auxiliaire à la paroisse Saint-Nicolas à Eupen et à Herbesthal jusque 2011, quand il s’est retiré.
Georges avait acquis une expertise en matière de psychologie et de pédagogie. Il a été professeur de religion dans différentes écoles communales. Il s’intéressait à l’œcuménisme, à la théologie de saint Augustin, à l’histoire de l’Église et à la vie politique. Il manifestait un grand intérêt pour les langues. Il était fier d’avoir pu rencontrer les papes Paul VI et Jean-Paul II, les cardinaux Suenens, Wyszynski et König, et des théologiens célèbres comme dom Lambert Beauduin et le père Yves Congar.
Georges a donné le meilleur de lui-même dans son ministère de prêtre, qu’il a exercé avec rectitude, sens du devoir, ferveur, recherche de sainteté et engagement jusqu’à son dernier souffle. J’exprime au Seigneur et devant vous tous ma reconnaissance pour son témoignage de foi, pour son sens du service, son ministère dans notre Église locale et son sens de l’amitié envers ses frères et sœurs.

† Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Sœur Marie-Paul GERETS

Sœur Marie-Paul Gerets, supérieure de la Congrégation diocésaine des Sœurs de la Miséricorde, née le 30 mai 1938, entrée dans la vie religieuse en 1956, est décédée le vendredi 12 avril 2019.

Sœur Marie-Paul laisse un grand vide car elle était une femme de cœur. Pour les Sœurs de la Miséricorde, en particulier, c’est un drame que la plus jeune sœur ait déjà rejoint le Père.
Vous l’avez appréciée pour ses qualités humaines car elle était une femme de Dieu à l’écoute de son prochain et de bon conseil. Elle a rendu de grands services comme infirmière à la clinique Sainte-Rosalie et à la communauté des Sœurs de la Miséricorde à Cointe. Elle a accompagné d’une manière discrète et efficace les sœurs dans leur déménagement à la maison de repos Saint-Antoine à Banneux. Le jour où il a fallu élire une nouvelle supérieure générale pour la Congrégation des Sœurs de la Miséricorde suite au décès de sœur Gemma qui nous avait quittés également trop tôt, sœur Marie-Paul a accepté cette charge avec courage et compétence. Pour réaliser cette mission, elle a continué à se faire conseiller par des amis de la Congrégation très dévoués.
Tout en étant une femme d’action, sœur Marie-Paul avait une vie de prière régulière. Elle faisait des lectures spirituelles et participait à des retraites qui lui ont permis de toujours mieux se laisser rencontrer par Jésus-Christ crucifié-ressuscité. Pour elle, « nous ne gagnons pas notre ciel mais nous le recevons ». Cette expression en dit long sur sa foi en la résurrection. Nous regrettons qu’elle ne puisse pas vivre avec nous l’anniversaire des 200 ans de la congrégation, au mois de juin prochain, mais nous croyons qu’elle continuera à nous faire du bien d’auprès de Dieu.

† Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Abbé Paul NGUYÊN

Monsieur l’Abbé Paul NGUYÊN DINH NGAT, né le 27 février 1940, ordonné prêtre le 25 juin 1966 à la cathédrale Notre-Dame de Paris, est décédé à l’âge de 79 ans le vendredi 12 avril 2019.

Après 8 ans d’études au petit séminaire de Saïgon, Paul a été envoyé à Paris pour continuer ses études et il a été ordonné prêtre le 25 juin 1966, à la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Comme Paul avait le don des langues, l’archevêque de Saigon l’a envoyé en Angleterre pour y faire des études complémentaires. Il y a obtenu un doctorat en lettres anglaises. Il était alors pressenti pour occuper un poste important dans une université chrétienne une fois rentré au Viet Nam. Il a passé dix ans en Angleterre.
En 1975, malheureusement, à cause de l’arrivée des communistes, Paul Nguyên n’a pas pu rentrer au pays. C’est pourquoi, en 1977, il est venu volontairement en Belgique afin de pouvoir aider les premiers réfugiés vietnamiens dans ce Royaume. Il a été nommé vicaire à la paroisse Saint-Pierre à Huy. En 1979, il a été nommé vicaire à Embourg et il est devenu aumônier des Vietnamiens catholiques. Afin de pouvoir servir plus facilement les réfugiés vietnamiens, il a demandé d’être inséré dans une des paroisses de ville et a été envoyé à Saint-Barthélémy Liège en 1984.
Ensuite, il est devenu vicaire de Saints-Pierre-et-Paul à Droixhe, de 1988 à 2011. Atteint dans sa santé, il a renoncé à la charge d’aumônier des Vietnamiens, après 32 ans passés à leur service. Il est entré en maison de repos à Baelen, où il a été soutenu par ses compatriotes et ses amis durant ses derniers mois.
Paul a donné le meilleur de lui-même dans son ministère de prêtre, qu’il a exercé avec ferveur et cordialité. Il était connu pour sa foi ardente, son sens du contact et son attention à l’autre.
J’exprime au Seigneur ma reconnaissance pour son témoignage de foi, pour son sens du service et pour son ministère dans notre Église locale au service des Vietnamiens et de ses autres frères et sœurs.

† Jean-Pierre Delville, évêque de Liège