Abbé Henri GREDAY

Né à Eben-Emael le 27 juin 1921, ordonné prêtre le 15 juillet 1945 à Liège, Monsieur l’Abbé Henri Greday est décédé le 7 mars 2018 à Liège.

Il a été envoyé en 1945 comme étudiant à l’Université catholique de Louvain, où il a acquis la candidature en philologie classique. En 1947, il a été nommé professeur au Collège Saint-Quirin à Huy. En 1948, il est devenu professeur au collège Onze-Lieve-Vrouw de Tongres. En 1949, il est nommé professeur au Collège Saint-Louis à Liège, l’année même où le collège a été repris par le clergé diocésain, après avoir été dirigé par les pères jésuites. Henri s’y est montré un professeur exigeant et compétent, jusqu’à sa retraite en 1981. En 1950, il est nommé prêtre auxiliaire à la paroisse Saint-Remacle-au-Pont à Liège. Ayant accédé à la pension, il est resté prêtre auxiliaire à l’Unité pastorale Notre-Dame-des-Ponts et a manifesté sa disponibilité en y rendant de nombreux services.

« Henri a donné le meilleur de lui-même dans son ministère de prêtre enseignant. Je le confie au Seigneur, à sa grâce et à sa miséricorde, ainsi qu’à la prière de toute l’Église. »

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Abbé Henri DEPREZ

Né à Ans le 28 juin 1928, ordonné le 20 juillet 1952 à Liège, Monsieur l’Abbé Henri Deprez est décédé le dimanche 4 mars 2018 à Banneux.

« Henri était un grand priant. Non pas une prière éthérée, mais une prière incarnée portant l’humanité dans ses joies et ses épreuves. C’est pourquoi, j’ai choisi comme évangile le passage ou Jésus rappelle que la seule chose importante c’est de nous aimer les uns les autres et de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Je pense vraiment que c’est ce qu’Henri Deprez a essayé de vivre pendant sa longue existence. Il a ainsi passé beaucoup de temps à écouter et à accueillir les pèlerins de Banneux. »

Abbé Paul FRANCK

Abbé Jean LIMBREE

Né à Chênée le 14 avril 1929, ordonné prêtre le 17 décembre 1955 à Liège, Monsieur l’Abbé Jean Limbrée est décédé le 22 février 2018. Il a été nommé vicaire à Bois-de-Breux en 1955, puis à Angleur en 1968. Il est devenu curé d’Angleur Sainte-Bernadette en 1970 et d’Angleur Saint-Remy en 1990.

« Il a consacré toute sa vie à témoigner de la foi. Il préparait avec soin ses homélies. Il était convivial et communicatif. Il a été en particulier un pionnier en matière d’informatique. Dès 2002, il a doté sa paroisse et son unité pastorale d’un site internet.

D’une serviabilité à toute épreuve, il apportait partout des paroles de paix. Doué en gestion des affaires, il n’en était pas moins très modeste et volontiers blagueur. Il avait de grandes qualités didactiques et pédagogiques.

Jean a donné le meilleur de lui-même dans son ministère de prêtre, qu’il a exercé avec ferveur et cordialité. J’exprime au Seigneur et devant vous tous ma reconnaissance pour son témoignage de foi, pour son sens du service, sa sensibilité à la culture, son ministère dans notre Eglise locale et son sens de l’amitié envers ses frères et sœurs. »

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Père Yves-Marie LEGRAIN

Né à Vilvorde le 2 août 1939, ordonné prêtre le 25 juin 1970, Père Yves-Marie Legrain est décédé le 22 février 2018.

« Devenu profès solennel dans l’ordre des carmes déchaux le 22 septembre 1985, le Père Legrain a consacré sa vie à Dieu dans l’ordre des carmes. Il nous a montré ce que signifie suivre le Christ, passionnément, à la lumière de la spiritualité de sainte Thérèse d’Avila, saint Jean de la Croix et sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Dans son autobiographie publiée en 2015, le P. Legrain nous donne un beau témoignage de vie religieuse, si nécessaire dans le monde actuel, marqué par la société de consommation et le matérialisme. En outre, l’engagement du P. Legrain au service de la Légion des Petites Âmes a nourri sa vie consacrée et l’a mis au service d’un grand mouvement de chrétiens laïcs, dont il a été un des initiateurs et un des inspirateurs. Il nous a expliqué clairement la valeur de cet engagement et l’accompagnement qu’il a pu fournir à Marguerite, la fondatrice. Cet engagement dans la prière et l’humilité est tout aussi important dans notre monde sécularisé. Il a donné le meilleur de lui-même dans cette tâche de religieux prêtre, qu’il a exercée avec ferveur, fidélité et cordialité. J’exprime au Seigneur et devant vous tous ma reconnaissance pour le témoignage de foi que le P. Yves-Marie nous a donné, pour les services qu’il a rendus à l’Église universelle, ainsi qu’au diocèse de Liège, et pour son sens de l’amitié et de la fraternité envers ses frères et sœurs. »

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Abbé Ghislain CARDON

Monsieur l’Abbé Ghislain Cardon, né à Tournai le 19 mars 1953 et ordonné à Liège le 12 mai 1983 est décédé après une longue période de maladie le 22 février 2018 à Néchin.

L’abbé Cardon a été vicaire de 1983 à 1987 à Saint–Pierre Chênée, puis desservant de 1987 à 1993 à Villers-Saint-Siméon et à Juprelle; et de 2001 à 2009 à Crisnée et Bassenge. Depuis 2009, il était pensionné pour raisons médicales et résidait au home Saint-Joseph à Néchin depuis huit ans.

Abbé Augustin DEVILLERS

Monsieur l’Abbé Augustin DEVILLERS, né à Modave le 30 octobre 1922 et ordonné le 29 juin 1947 à Liège est décédé le 8 février 2018 dans sa maison natale à Modave, à l’âge de 95 ans. Comme il l’a écrit lui-même sur le « souvenir » remis lors de ses funérailles, « il a été heureux de faire un bout de chemin avec les paroissiens et amis de Liège St-Hubert (1947-1955), de Remicourt (1955-1959), de Flémalle-Grande (1959-1963), de Horion-Hozémont (1963-1969), de Waremme (1969-1992), de Haneffe-Limont-Donceel (1992-1997) et enfin de Modave et environs (retraité : 1997-2018) ».

L’homélie prononcée par Roger Fransen durant la célébration des funérailles a mis en évidence quelques beaux éclats d’Evangile qui ont traversé et conduit la vie d’Augustin. S’engageant à être prêtre dans un temps de guerre, il voit des compagnons de son village abattus à deux pas de sa maison. Choc ! Question ! L’Evangile, est-ce de croire à une fatalité divine ou de croire que dans l’épreuve même, Dieu partage notre peine ? Augustin découvrira que Dieu est du côté des victimes et qu’Il lui dit « Courage, avance ; tu n’avances pas dans le noir, il y a un avenir pour toi ! ».

Jeune prêtre, après la guerre, il est envoyé dans le milieu ouvrier du bassin liégeois. Un jour des jocistes lui disent : « Aumônier, il faudra enlever ce bureau que la paroisse vous a offert. Parce que quand vous êtes derrière ce bureau, on a l’impression d’être devant un patron ! ». Message entendu par Augustin parce qu’il était à l’écoute de ce que dit l’Esprit à travers les chrétiens et les chrétiennes. Dans ses différentes responsabilités, il conservera cette justice de l’écoute et de la fraternité en s’inspirant constamment du  »Voir-juger-agir ».

Un autre éclat d’Evangile dans le style d’Augustin a été d’être un homme de paix et de réconciliation. Que de fois avec une profonde douceur, même dans son grand âge, il a pris sa plume pour faire droit à des revendications légitimes et à des manques de respect et de correction !

Merci Augustin d’avoir relié pendant autant d’années par ton écoute, ton humanité et la force tranquille de ta lucidité la Hesbaye et le Condroz.

André DAWANCE