Le Christ ressuscité ! Prions pour la résurrection de l’Ukraine !

 

Chers Frères et Sœurs,

Recevez mes meilleurs vœux de bonne fête de Pâques ! Malgré les épreuves de notre monde, n’oublions pas la fête de la vie ! Le Christ est ressuscité !

Cette année, à la veillée pascale, le message de Pâques est proclamé d’après l’évangile selon saint Luc. Cet évangéliste nous raconte que la résurrection de Jésus a été découverte le matin du premier jour de la semaine, par différentes femmes : Marie-Madeleine, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et d’autres femmes qui les accompagnaient. Elles se rendaient au tombeau pour soigner le corps de Jésus avec des parfums et des huiles aromatiques. Ce sont donc des femmes courageuses et attentionnées, qui ne veulent pas laisser le corps de Jésus défunt sans soin et sans attention. Elles sont marquées par le drame de la mort de Jésus, mais elles ne veulent pas s’enfermer dans une idée d’échec et d’abandon.

Ces femmes nous font penser à toutes les femmes ukrainiennes qui subissent la guerre, qui pleurent les défunts et qui tentent de sauver leurs enfants. Certaines d’entre elles sont arrivées en Belgique. Elles vont vivre Pâques avec nous. Elles croient en l’avenir malgré les drames de la guerre. D’habitude elles fêtent Pâques avec enthousiasme, mais cette année la joie fait place à l’espoir au cœur des ténèbres : espérance de la paix, foi dans l’avenir et compassion pour les victimes. Dans la foi, Pâques reste pour les femmes ukrainiennes d’aujourd’hui une fête de la victoire de la vie sur la mort.

Car Pâques est une fête du passage de la mort à la vie. Pâques est une découverte de la vie, sur un fond de mort et de désolation. Pâques se déroule juste après la fin du sabbat, juste après la limite entre le temps sacré du sabbat et le temps profane de la semaine. Or à la fin du sabbat, les juifs récitent la prière de l’eucharistie, c’est-à-dire l’action de grâces. C’est à ce moment que Jésus ressuscite et inaugure le temps profane, sur base de l’esprit du sabbat. La prière du sabbat donne de l’espoir pour la semaine, pour le temps profane, marqué par la guerre et la violence.

À notre tour recevons Pâques comme une espérance et une bonne nouvelle dans notre vie. Ne soyons pas comme les apôtres qui pensaient que les femmes radotaient et qui ne croyaient pas en ce qu’elles racontaient. Soyons comme saint Pierre qui court au tombeau, qui le découvre vide et qui commence à soupçonner quelque chose. Nous aussi, soupçonnons quelque chose de nouveau, quelque chose qui change nos vies, soupçonnons que Jésus est vivant. Il anime nos vies par sa parole qui retentit à nos oreilles et par son esprit qui habite en nos cœurs ! Sa résurrection se communique à notre monde d’aujourd’hui ! Prions pour la résurrection de l’Ukraine, de la Russie et de toute l’humanité !

Remercions Jésus d’être là pour nourrir nos vies et nous donner l’espérance ! Unissons-nous en communauté pour contrer l’individualisme de notre société et la logique du « chacun pour soi » ! Et témoignons de lui, autour de nous, avec joie ! Alléluia !

+ Jean-Pierre Delville, votre évêque.