Message de carême, 25 février 2020

 

Le carême : grossesse et accouchement spirituels

 

Chers Frères et Sœurs,

Préparons-nous à vivre intensément nos quarante jours de carême ! Découvrons le sens de ce temps de mise à l’épreuve ! Préparons-nous, par la conversion personnelle, à recevoir la nouvelle naissance que le Christ nous donne !

Quarante : un symbole étonnant

Voici quarante jours particuliers qui se présentent à nous : « carême » signifie « quarantième » (« quadragesima », en latin).

Quarante jours en mémoire des quarante jours passés par le Christ au désert (Mt 4,1-11).
Quarante jours en mémoire des quarante ans passés par le peuple d’Israël au désert, dans son exode de l’Égypte vers la Terre Promise (Ex 3,7-10).
Quarante jours comme les quarante semaines de grossesse d’une femme qui attend son enfant. Comme me l’expliquait un médecin, on parle de neuf mois pour une grossesse, mais en fait on devrait parler de dix mois lunaires ou de quarante semaines !

Chema Photo (unsplash.com)

Quarante semaines pour un accouchement ! Quarante jours pour une résurrection ! Ainsi le carême ressemble-t-il à une grossesse, et la résurrection à un accouchement. Il est un symbole étonnant ! Comme la grossesse, le carême est un moment qui met le corps à l’épreuve, un moment qui développe la vie, un moment qui construit des relations nouvelles, un moment qui débouche sur l’accouchement, sur la lumière, sur la résurrection. Ainsi, notre carême est-il ancré dans le microcosme (c’est-à-dire le corps humain).

L’accouchement spirituel

Et voici comment il est ancré dans le macrocosme (c’est-à-dire l’univers). Si une grossesse comprend dix lunes, le carême comprend une lune et demie. Il commence par une nuit sans lune, à proximité du mercredi des cendres, pour aboutir à la pleine lune de Pâques, autour du jeudi saint, jour de la Pâque juive. Le carême nous fait passer des ténèbres à la lumière. Il nous associe à la passion du Christ, à sa mort et à sa résurrection.

C’est le chemin qui est proposé aux catéchumènes qui se préparent au baptême. C’est pourquoi, en cette année liturgique A, on lit les grands récits de l’évangile de Jean relatant des rencontres de Jésus qui suscitent une résurrection : la Samaritaine, l’aveugle-né et Lazare. Dans notre Église, ces textes sont appliqués spécialement au cheminement des catéchumènes qui se préparent au baptême. Comme la Samaritaine, les catéchumènes sont appelés à vivre une conversion ; comme l’aveugle-né, ils sont appelés à vivre une illumination ; comme Lazare, ils sont appelés à vivre une résurrection. Ainsi les catéchumènes vivent-ils une grossesse et un accouchement spirituels.

La conversion ou la grossesse spirituelle

Vivre cette grossesse comme une gestation en vue d’un accouchement spirituel, c’est un chemin de conversion, c’est le chemin qui nous est proposé personnellement durant ce carême, pour aboutir à une nouvelle vie, une nouvelle naissance. À notre tour, nous sommes appelés à vivre une conversion de notre cœur et une résurrection dans notre vie. À tout âge, on peut se convertir ! Il n’est jamais trop tard. Le mercredi des cendres nous donne l’occasion de cette conversion. Il nous invite à nous convertir par la prière, par le jeûne et par le partage (Mt 6,1-6.16-18).

Prière, jeûne et partage

Quelle prière ? J’aimerais que, cette année, vous puissiez prier en écho à ma lettre pastorale : « Va vers le pays que je te montrerai ! » Méditez ce texte de la Bible (Gn 12,1). Il est un support à la communication de la foi. Je vous invite à me donner écho à cette lettre, en répondant aux questions qui y sont jointes. Vous pouvez aussi réagir en me communiquant un fait, un sentiment ou un projet en lien avec cette lettre et son invitation à la mission (secretariat.mgrdelville@evechedeliege.be). La prière vous donnera la joie de vous rapprocher de Dieu et de vos frères et sœurs.

Quel jeûne ? Un confirmand me demandait récemment : « Pendant le carême, on doit ‘manger maigre’ ; cela veut dire quoi : ‘manger maigre’ ? Je voudrais bien le faire ! » J’étais étonné de la question et j’ai essayé de bien y répondre, en recommandant l’abstinence le vendredi, en union avec les souffrances du Christ. Donc je recommande à tous l’abstinence et le jeûne le vendredi, en union avec le Christ qui a jeûné au désert. Je rappelle aux adultes l’obligation du jeûne le mercredi des cendres (26 février) et le vendredi saint (10 avril). C’est comme la démarche de la femme qui surveille son régime durant sa grossesse. En cette époque sensible à l’écologie, le jeûne prend une dimension nouvelle : celle du respect de la création et de la promotion de la sobriété de vie.

Quel partage ? Le partage est une façon concrète de créer la solidarité et l’amour du prochain dans notre vie. Cette année notre Carême de partage sera centré sur Haïti. La situation dans cette île est particulièrement pénible et difficile. Suite au tremblement de terre de 2010 le pays a été détruit et il ne s’est pas encore relevé de ses ruines. Entraide et Fraternité a repéré des projets de reconstruction de Haïti qui sont porteurs d’avenir et acteurs de solidarité. Ce sont ces projets-là que nous soutiendrons par nos collectes de carême. Ainsi nous ne serons plus centrés sur nous-mêmes, mais unis à toute l’humanité, dans une communion mystérieuse qui intègre la souffrance, la mort et la résurrection.

En ce carême, branchons notre cœur en Dieu et en nos frères ; vivons une conversion, en communion avec les catéchumènes qui vont recevoir le baptême ; soyons prêts à recevoir la grâce de la résurrection du Christ dans chacune de nos vies, en priant pour le salut de toute l’humanité. Que cette gestation nous conduise à la résurrection !

Bon carême à tous !

† Jean-Pierre Delville, votre évêque.