Homélie pour la messe pascale

Cathédrale Saint-Paul de Liège – 12 avril 2020
Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Recevoir des cocognes et sortir de sa coquille !

Chers Frères et Sœurs,

Recevez mes meilleurs vœux de bonne fête de Pâques !

Oui, Pâques est arrivé ! Les arbres sont en fleurs ! C’est le printemps ! C’est le triomphe de la vie ! Mais au fond, qu’est-ce que la fête de Pâques ?

D’une façon imagée, on pourrait dire : Pâques, c’est recevoir des cocognes et c’est sortir de sa coquille !

Recevoir des cocognes ! On en a bien besoin après ce carême éprouvant. Les quarante jours de carême sont devenus des jours de quarantaine et d’isolement à cause de la menace invisible du coronavirus. On doit se protéger contre les contacts, on a peur de rencontrer quelqu’un. Le personnel soignant se dévoue sans compter. Certains d’entre vous ont attrapé la maladie. Ils en souffrent, ils sont parfois hospitalisés ; certains sont décédés, peut-être dans votre entourage. Tout cela nous met face aux limites de notre de vie, à la souffrance et à la mort. Je comprends que vous ayez peur.

Mais le jour de Pâques, les femmes qui allaient au tombeau de Jésus avaient peur elles aussi. Vous imaginez ? Jésus avait été condamné à mort ! Donc ses disciples étaient suspectés. Qui sait si on n’allait pas les arrêter eux aussi ? Quand Marie-Madeleine et l’autre Marie arrivèrent au tombeau de Jésus, elles entendirent une voix qui leur disait : « Soyez sans crainte ! » C’est un ange qui s’adressait à elles. À nous aussi, cher Amis, l’ange de Pâques nous dit : « Soyez sans crainte ! » L’ange de Pâques nous dit : « Ne laissez pas la peur vous gagner et prendre le contrôle de votre vie intérieure et spirituelle ». Oui, le jour de Pâques ouvre une espérance nouvelle, là où régnait la mort et le désespoir.  Le message de l’ange, c’est notre cocogne de Pâques ! C’est notre cadeau ! Il est discret : ce n’est qu’un œuf ! Mais il est porteur de vie ! Peut-être avez vous reçu des cocognes ? Des œufs de Pâques ! Peut-être en avez-vous donné ? L’œuf de Pâques, c’est le symbole de la vie qui commence, c’est la vie qui naît, mais qui semble encore inerte, inanimée ! Ainsi en va-t-il de notre Pâques, en 2020 : elle semble inanimée, parce que la société est encore sous le choc de la crise du coronavirus. Mais Pâques est quand même là ! Elle est comme l’œuf : il semble inanimé, pourtant il est porteur de vie. Ainsi, nous découvrons qu’il y a un ange qui veille sur nous ; il y a nos amis qui nous entourent ; il y a la communauté chrétienne qui veille et qui transmet l’amour de façon nouvelle, spécialement par les nouveaux médias. Pour recueillir ce message, il faut continuer à montrer de la tendresse et de l’amitié autour de vous. Vous pouvez trouver de nouveaux moyens pour témoigner de l’attention aux autres, par un coup de fil, un courrier, un SMS, un message. Moi-même j’ai envoyé un Message de Pâques aux personnes âgées de notre diocèse, pour les encourager et les accompagner dans ce moment difficile. Je l’ai intitulé : « Aidez-vous à construire un monde meilleur ! »

Car Pâques, non seulement c’est recevoir des cocognes, mais c’est aussi sortir de sa coquille et se mettre debout ! Regardez les femmes au tombeau de Jésus : « Elles étaient tremblantes et toutes joyeuses », dit l’évangéliste. Nous aussi, nous sommes tremblants à cause de la situation, mais joyeux parce que le message de Pâques nous donne l’espérance. Car après l’ange, c’est Jésus lui-même qui vient à la rencontre des femmes (Mt 28,10). Jésus s’est « mis debout », il est ressuscité.  La fête de Pâques est donc, pour Marie-Madeleine et l’autre Marie, une rencontre avec Jésus qui est en mouvement et qui met les autres en mouvement. Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Donc Jésus annonce qu’il retrouvera ses disciples en Galilée, là où il avait passé sa jeunesse et commencé sa mission. Il nous met donc en mouvement comme il a mis en mouvement les femmes et les disciples. Il faut donc sortir de sa coquille ! Alors, nous aussi, découvrons Jésus vivant dans nos Galilée d’ici, nos lieux de vie : Liège-ville et son agglomération, la Hesbaye, le Condroz, Ostbelgien, le Pays de Herve, l’Ardenne, Verviers, Huy et toutes nos villes et villages, nos maisons, nos appartements, nos lieux de travail. Jésus nous retrouve au cœur de notre vie quotidienne, à la lumière de toute notre histoire personnelle, depuis notre jeunesse jusqu’aujourd’hui. Il nous fait sortir de nos coquilles, de nos cocons, de notre isolement, pour nous mettre en mouvement, pour nous mettre debout !

Oui, chers Frères et Sœurs, Jésus est avec vous tous les jours ! Sa vie se communique à nous. Car pour Jésus, chaque vie a sa valeur. C’est lui notre cocogne ! et il nous fait sortir de notre coquille : c’est pourquoi, après cette crise du coronavirus, il faudra bâtir le monde de demain. Jésus nous met en mouvement, nous tous, pour construire un monde meilleur. Recevez la joie de Pâques ! Recevez la foi en la vie, qui est plus forte que la mort. Construisons un monde meilleur !

Amen ! Alleluja !

+ Jean-Pierre Delville, évêque de Liège