Homélie du 7e dimanche A – Visite de la Maison de repos Saint-Joseph

Blegny, 22 février 2020

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Chers Frères et Sœurs,

Aujourd’hui, c’est la fête à la Maison de repos Saint-Joseph ! Bonne fête à tous et spécialement aux Joseph. Y a-t-il des Joseph ici ?

Nous avons la chance que, dans l’évangile qu’on vient de lire, Jésus nous donne un message d’espoir. Il nous dit qu’on peut toujours faire des progrès, quel que soit notre âge, on peut être parfait !

Il nous donne un premier exemple : « On vous a dit : œil pour œil, dent pour dent ». « Eh bien moi, je vous dis, ajoute Jésus, de ne pas riposter au méchant » (Mt 5,38-39). « Œil pour œil, dent pour dent », c’est ce que tout le monde a tendance à faire. Si on t’a fait du mal, tu rouspètes et tu cherches à te venger. Tu ne veux pas te laisser rouler ! « On vs’a fait dè mâ ! Vos n’allez nin v’laisser faire ! » C’est ce que tout le monde dit : « Tu ne vas pas te laisser faire, hein ? » Jésus dit le contraire : « laisse-toi faire », « ne réponds pas tout de suite », « ne fais pas comme tout le monde ».

Pas facile, me direz-vous ! Si Jôseph me dit : « T’es-une bièsse ! », je vais répondre : « Bièsse toi-même, hein Jôseph ». « Eh ben nenni ! », dit Jésus. Et il ajoute la célèbre phrase : « Si Joseph te gifle sur la joue droite, tends-lui l’autre joue ». Pourquoi Jésus dit-il cela ? Parce que si vous faites comme cela, vous allez tellement estomaquer Joseph qu’il n’osera pas frapper une deuxième fois ! Et alors, on pourra commencer une conversation et s’expliquer : « Pourquoi est-ce que tu veux me taper, Jôseph ? » Jôseph répondra : « Parce que je suis nerveux ! » Vous lui direz : « Pourquoi est-ce que tu es nerveux ? » Et il vous racontera pourquoi il est nerveux, pourquoi il a des problèmes ; il a peut-être mal digéré, il a mal à l’estomac ! ou il s’est fâché avec sa fille Joséphine, parce qu’elle n’a pas acheté la marque de chocolat qu’il aimait bien. Et à la fin de la conversation avec Joseph, quand il aura dit tous ses tracas, il sera content de s’être expliqué, vous l’aurez calmé et vous allez devenir amis. Alors qu’au début il vous avait injurié et il vous avait tapé !

Si vous commencez à agir comme cela ici dans la maison, vous allez travailler pour la paix dans le monde entier. C’est pour cela que Jésus ajoute : « On vous a dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi ». Eh ben, nenni, dist-i Jésus. « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent » (Mt 5, 43-44). C’est en priant qu’on peut arriver à aimer ses ennemis. Avec la prière, en effet, on peut dépasser l’agressivité naturelle qui est en nous ; et avec la prière, on peut prier pour le monde entier, pour que la paix qui commence ici, avec Jôseph qui m’avait tapé et qui est devenu mon ami, pour cette paix se communique au monde entier. « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? », dit Jésus. Tout le monde fait comme ça ! Quelle avance ? Mais si vous aimez vos ennemis, vous faites avancer le monde ! « Vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait ! » Vous allez me dire : « personne n’est parfait ! moi je suis comme tout le monde ! » Jésus répond : « Mais non, Jôseph, il ne faut pas être comme tout le monde ; il ne faut pas être comme les publicains, c’est-à-dire les fonctionnaires, ceux qui font tout machinalement, il ne faut pas être comme les païens, c’est-à-dire les gens sans idée, sans projet, sans convictions », dit Jésus ; il faut se distinguer, il faut faire mieux. Il a confiance en nous, Jésus ; il nous croit meilleurs que ce que nous croyons ! et bien, tant mieux ! S’il nous croit si bons, on va y croire aussi. Chacun peut progresser, devenir meilleur et rendre les autres meilleurs ! cela, c’est le secret de cet évangile. Si vous priez pour vos ennemis, c’est parfait, dit Jésus. Vous serez parfaits, comme votre Père des cieux est parfait !

Et bien, sur ce, parfait ! On peut continuer la messe en priant de tout cœur, en particulier pour tous les résidents de la maison, pour les sœurs qui l’ont fondée et pour tout le personnel qui y travaille. On va rendre grâces pour la construction des nouveaux bâtiments et pour les activités qui sont faites dans cette maison.

Grâce à la prière, on sera proches de notre père des Cieux, on sera proches de nos amis mais aussi de nos ennemis, de ceux que nous n’aimons pas ; et ainsi, nous deviendrons des semeurs de paix dans le monde ; et nous serons parfaits comme notre Père des cieux.

OK, Jôseph ? C’est pas compliqué, il suffit de ne pas faire comme tout le monde !

† Jean-Pierre Delville, évêque de Liège.