Homélie de Pentecôte 2019

Cathédrale de Liège
+ Jean-Pierre Delville

Liège, le 9 juin 2019.

Chers Frères et Sœurs, Chers Confirmands,

Nous sommes rassemblés en un jour spécial : celui la confirmation en ce jour de Pentecôte. C’est pourquoi vous êtes là, vous les confirmands, avec vos parrains, marraines, parents, familles, amis, dans le cadre de cette cathédrale.

Merci pour les lettres que vous m’avez envoyées et par lesquelles vous me demandez d’être confirmés. Comme l’écrit quelqu’un : « Je demande la confirmation pour être un vrai chrétien, recevoir la force de l’esprit saint, approfondir et vivre ma foi chrétienne ». Vous vous êtes préparés ; cela montre que vous avez désiré recevoir ce sacrement. On a besoin de temps pour cela, on doit arrêter de fuir devant les problèmes de la vie.

Ce même, les disciples de Jésus étaient aussi dans l’attente, après la mort de Jésus. Malgré celle-ci, ils restaient ensemble, avec Marie et d’autres femmes, et ils se retrouvaient dans la pièce même où ils avaient pris le dernier repas avec Jésus, la denière cène (Ac 2,1-11). Ils restaient fidèles, malgré l’absence corporelle de Jésus. Ils fermaient les portes, par peur des gens. Ils craignaient d’être mis arrêtés comme Jésus. Ils voulaient cependant prier. C’est dans cet état d’esprit qu’ils ont reçu l’Esprit Saint. Cela s’est produit le jour de la Pentecôte. Cette fidélité dans la prière leur a permis de vivre ensemble une expérience extraordinaire, une nouvelle Pentecôte.

Pour le monde juif, la Pentecôte rappelle la manifestation de Dieu au mont Sinaï et le don de la loi : le décalogue, les dix paroles de vie, les dix commandements, transmis à Moïse et au peuple. De même, les disciples reçoivent le don d’une nouvelle parole, le don des langues, le don de l’Esprit de Dieu, l’Esprit Saint. De même aujourd’hui des adultes vont recevoir ce don de l’Esprit Saint, cette nouvelle présence de Dieu et de sa parole en eux, par le sacrement de la chrismation ou confirmation.

Esprit signifie souffle. C’est ainsi que l’Esprit est entendu par les disciples sous la forme d’un souffle violent, un coup de vent, qui secoue la maison où ils se trouvaient. On pourrait dire que cette secousse est l’image d’une secousse intérieure de leur vie spirituelle. Leur vie intérieure va être bouleversée. Ensuite l’Esprit est vu sous forme de langues « qu’on aurait dites de feu » et qui se posèrent sur chacun d’entre eux. Ces langues symbolisent la nouvelle langue que les disciples vont parler, une langue de feu, un langage enthousiasmé et enthousiasmant. Les disciples furent en effet remplis d’esprit saint, de souffle saint.

Sur ce, ils sortent de la maison et se mettent à parler en rue. Et les gens les comprenaient dans leur propre langage, littéralement leur « propre dialecte », c’est-à-dire leur prorpre dialectique, meur propre intelligence. Les disciples parlent une langue qui rejoint le langage des gens de la rue. On pourrait dire aussi qu’ils parlent la langue de l’amour, qui est une langue universelle. Ils n’ont plus peur comme avant. Précédemment ils avaient peur et restaient renfermés. Nous aussi il nous arrive d’avoir peur de parler. Mais l’Esprit nous donne une nouvelle force de communication.

La langue que parlent les disciples est comprise par les gens de toutes les nations. Le message chrétien est donc porteur de paix à travers la diversité des cultures et des langues. Nous avons grand besoin de témoins de la paix dans notre monde où il règne tant de guerres et de violence. La confirmation dans la ligne de la Pentecôte, c’est l’espérance de la paix dans le monde. C’est la compréhension de toutes les langues et toutes les cultures du monde. Vous avez entendu énumérer toutes les nations qui se trouvaient à Jérusalem le jour de la Pentecôte. Toutes se comprennent et comprennent le langage des disciples. C’est le contraire de la tour de Babel, où toutes les nations se sont dispersées parce qu’elles ne se comprenaient plus.

Donc prions pour toute notre humanité afin qu’elle trouve le chemin de la paix. Prions pour les confirmands, qui vont recevoir cet esprit de paix et de dialogue. Prions pour les parents, les parrains et marraines et toutes les familles, pour qu’ils témoignent de cette foi dans leur entourage. Prions pour chacun de nous, afin que nous animions l’Esprit de Dieu en nous et que nous en soyons les témoins autour de nous. Amen !

+ Jean-Pierre Delville, votre évêque.