Homélie 5e dimanche ordinaire C

Confirmations à Huy

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Huy, le 10 février 2019 

Chers Frères et Sœurs,

Chers Confirmands,

En ce jour de confirmation, nous venons d’entendre dans l’évangile l’appel des premiers disciples de Jésus (Lc 5,1-11) : l’appel de Pierre et d’André, de Jacques et de Jean. Cet appel se fait dans des circonstances bizarres. C’étaient des pêcheurs et ils étaient occupé à réparer leurs filets. Ce sont des ouvriers au travail. Pendant ce temps là Jésus parlait à la foule le long du lac de Galilée et il enseignait aux gens la parole de Dieu. Il était tellement pressé par la foule, qu’il a décidé de grimper sur un bateau et d’enseigner depuis le bateau. Original ! C’est un peu comme ceux qui montent sur les fontaines pendant les manifestations. Mais le bateau appartenait à Pierre, qui a laissé faire Jésus et qui a dû s’étonner de son aplomb ! Cette rencontre a été un nouveau départ dans la vie de Pierre. Cela me fait penser à différentes réflexions, que vous, les confirmands, vous m’avez faites en m’écrivant vos lettres pour demander la confirmation. Vous insistez vous aussi sur la rencontre avec le Christ :

« Le sacrement de confirmation représente un véritable symbole, un engagement entre nous et le Christ, c’est une preuve de notre foi ».

« Pour moi, recevoir ce sacrement de confirmation, c’est comme un passage. Le passage entre un cheminement (les réunions de préparation à la confirmation) et l’arrivée dans un monde de chrétiens plus compréhensifs ».

« Je voulais une proximité plus grande avec Dieu, car pour moi Dieu est la chose la plus importante et je trouve que je n’y porte pas assez attention ».

« Pour moi ce sacrement va me rapprocher de Dieu plus qu’avant ».

« j’ai appris à me rapprocher de Dieu, en allant avec notre groupe à l’église par exemple. « Quand nous étions simplement ensemble, je me sentais plus proche de lui à chaque réunion, son importance augmentait même ».

Quand Jésus eut fini de parler à la foule, il dit à Pierre d’avancer au large avec le bateau. Pierre répond que c’est inutile : il a pêché toute la nuit et il n’a rien pris ! Cela me fait penser à toutes les épreuves que nous vivons, aux découragements, aux critiques que nous devons parfois subir. Mais comme Jésus insiste, Pierre lui obéit. Bien lui en a pris : il récolte dans les filets une grande quantité de poissons.

Cela signifie que Jésus monte dans la barque de nos vies et nous conduit au large, il nous donne des potentialités nouvelles, même quand nous doutons de nos forces. Avec Jésus, la vie devient féconde, plus qu’avant. Cet aspect apparaît aussi dans vos lettres :

« Je me sens comme changée et grandie grâce à cette année. J’ai choisi de faire ma confirmation car je trouvais cela important pour confirmer ma foi en Dieu. »

« J’ai remarqué, durant nos différentes réunions, que ces rencontres sont une vraie bulle d’oxygène ».

Cette pêche exceptionnelle est récoltée par les collaborateurs de Pierre. Ainsi la petite équipe s’unit pour ramener à bord une si belle prise. Cela me fait penser à la dimension d’équipe que les confirmands ont vécue et dont ils témoignent dans leurs lettres.

« J’ai fait de magnifiques rencontres avec des personnes que je n’avais pourtant jamais vues et qui sont maintenant des amis très proches ».

« J’aimerais que ce sacrement confirme mon appartenance à cette grande famille qu’est la confirmation ».

Cette pêche miraculeuse fait en sorte que saint Pierre prend peur, il tombe aux pieds de Jésus et lui demande de s’éloigner. Mais Jésus le tranquillise et lui fait une promesse : « Désormais, ce sont des hommes que tu prendras ». Par cette parole, subitement, la vie de Pierre reçoit un horizon nouveau. De marin et pêcheur, il va devenir rassembleur d’hommes, jusqu’à aboutir à Rome et devenir le premier pape.

Cela nous dit qu’écouter la parole de Jésus nous donne une force nouvelle et une capacité d’action, ce que beaucoup de vos lettres reflètent ;

« Une chose qui me choque dans ma vie quotidienne, ce sont les inégalités dans le monde ».

« Vivons en solidarité et pas égoïstement ; et en pratiquant et en croyant à cette religion, il y a beaucoup de solidarité ».

« J’ai besoin de me sentir utile aux autres et à la société. Vivre ma vie pour moi et seulement pour moi n’aurait pas de sens ».

« Le fait de discriminer des gens, des groupes de personnes me heurte, me choque. Que ceux-ci soient visés comme étant la source de toute la misère du monde ».

« Pour faire rayonner ma foi, je vais être le meilleur de moi-même, essayer d’être le plus sympa et serviable et être animé par l’esprit de Jésus. Mon vœu le plus cher est de donner du sens à ma vie, de la vivre à fond, qu’elle ait de l’intérêt ».

« Mon but dans la vie est de vivre dans la paix avec les autres jusqu’à la fin. Aider les autres quand je peux, être là pour eux s’ils ont besoin de moi. J’aimerais aussi me battre pour les problèmes de guerre et de climat sur cette terre ».

« Ce que j’aime le plus dans ma vie c’est de rendre les gens heureux »

Ainsi les confirmands de ce jour sont prêts à suivre Jésus et à trouver en lui de nouvelles forces, grâce à son Esprit. Que chacun de nous puisse en recevoir de la graine ! Amen ! Alleluia !

+ Jean-Pierre Delville, évêque de Liège