Homélie 5e dimanche ordinaire C

Confirmations à Flémalle

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Flémalle, le 9 février 2019

Chers Frères et Sœurs,

Chers Confirmands,

En ce jour de confirmation, nous venons d’entendre dans l’évangile l’appel des premiers disciples de Jésus (Lc 5,1-11) : l’appel de Pierre et d’André, de Jacques et de Jean. Cet appel se fait dans des circonstances bizarres. C’étaient des pêcheurs et ils étaient occupé à réparer leurs filets. Pendant ce temps-là, Jésus parlait à la foule le long du lac de Galilée et il enseignait aux gens la parole de Dieu. Il était tellement pressé par la foule qu’il a décidé de grimper sur un bateau et d’enseigner depuis le bateau. Original ! C’est un peu comme ceux qui montent sur les fontaines pendant les manifestations ! Mais le bateau appartenait à Pierre, qui a laissé faire Jésus. Jésus a fait le premier pas. Cela me fait penser à différentes réflexions, que vous, les confirmands, vous m’avez faites en m’écrivant vos lettres pour demander la confirmation. Vous insistez vous aussi sur cette initiative de Jésus et vous soulignez la rencontre avec le Christ :

« La confirmation, ce n’est pas seulement le fait d’être sûr de vouloir être chrétien, c’est aussi et surtout Dieu qui nous accueille, en tant qu’adulte chrétien réfléchi, dans sa vie ».

« Je veux bouger, je veux aider ; la confirmation c’est Dieu qui vient à nous ; c’est Dieu qui confirme qu’il nous aime ».

« Pour moi, la confirmation est un pas de plus que Dieu et nous faisons l’une vers l’autre ».

« Être plus proche du Seigneur ».

« Je confirme mon amour à Dieu ».

« Dans la prière, j’ai senti la présence de quelqu’un ».

Quand Jésus eut fini de parler à la foule, il dit à Pierre d’avancer au large avec le bateau. Pierre répond que c’est inutile : il a pêché toute la nuit et il n’a rien pris ! Cela me fait penser à toutes les épreuves que nous vivons, aux découragements, aux critiques que nous devons parfois subir et dont vous témoignez :

« Je ne sais pas où Dieu veut m’amener mais je lui fais confiance. Je veux qu’il m’amène quelque part. Il ne le fera certainement pas en prenant le volant de ma voiture, le volant de ma vie, mais peut-être en étant mon co-pilote ».

« Je fais confiance à Dieu pour m’aider à avancer, à trouver ces réponses aux questions que je me pose, à l’avenir que je tente de construire ».

« Les épreuves m’ont rendue plus mature ».

« Le fait de confirmer ma foi va me donner la force ».

« Si je désire être confirmé, c’est pour montrer à Dieu que, malgré mes peines, mes douleurs, mes doutes, je lui dis oui pour continuer à le suivre suivant ses commandements ».

« La confirmation c’est confirmer qu’on est content d’être un enfant de Dieu et de marcher avec lui, qui nous aide chaque jour ».

Mais comme Jésus insiste, Pierre lui obéit. Cela signifie que Jésus monte dans la barque de nos vies et nous conduit au large, il nous donne des potentialités nouvelles, même quand nous doutons de nos forces. Avec Jésus, la vie devient féconde, plus qu’avant. Bien lui en a pris : il récolte dans les filets une grande quantité de poissons.

Cette pêche exceptionnelle est récoltée par les collaborateurs de Pierre. Ainsi la petite équipe s’unit pour ramener à bord une si belle prise. Cela me fait penser à la dimension d’équipe que les confirmands ont vécue et dont ils témoignent dans leurs lettres :

« La période de préparation à la confirmation a été l’une des meilleures de ma vie ».

« J’ai vécu une préparation super, j’ai rencontré des personnes géniales »

Cette pêche miraculeuse fait en sorte que saint Pierre prend peur, il tombe aux pieds de Jésus et lui demande de s’éloigner. Mais Jésus le tranquillise et lui fait une promesse : « désormais, ce sont des hommes que tu prendras ». Par cette parole, subitement, la vie de Pierre reçoit un horizon nouveau. De marin et pêcheur, il va devenir rassembleur d’hommes, jusqu’à aboutir à Rome et devenir le premier pape.

Cela nous dit qu’écouter la parole de Jésus nous donne une force nouvelle et une capacité d’action, ce que beaucoup de vos lettres reflètent ;

« Être chrétien, c’est avant tout, partager. J’attendais cet appel, ce cadeau de Dieu ».

« Être confirmée me permettra d’être plus en confiance avec ma foi »

Ainsi les confirmands de ce jour sont prêts à suivre Jésus et à trouver en lui de nouvelles forces, grâce à son Esprit. Que chacun de nous puisse en recevoir de la graine ! Amen ! Alleluia !

+ Jean-Pierre Delville, votre évêque