Chers Frères et Sœurs,

Nous voici réunis comme les invités au repas des noces, dont parle Jésus dans l’évangile (Mt 22,1-14). Nous venons de tous les horizons et Dieu nous a rassemblés, de Montegnée et Grâce, Alleur, Loncin et Awans, mais aussi de différents pays et de différents continents. Nous sommes tous appelés une grande famille humaine. Certes, ce n’est pas facile !

L’évangile d’aujourd’hui nous le montre. C’est un évangile assez secouant ! Moi je l’appelle la parabole du plan B ! Pourquoi ? Il s’agit d’une parabole où Jésus parle d’un roi qui invite des amis aux noces de son fils. Mais les invités se font excuser et personne ne vient ; or les animaux sont déjà tués pour le festin, et il n’y avait pas de frigo à l’époque ! Vous imaginez l’urgence d’avoir des invités pour remplir la salle de noces et honorer le jeune couple qui se marie. Un mariage sans invités, ce serait triste !

Alors face à cet échec, un coup de théâtre se produit : le roi échafaude un plan B : il appelle à la noce n’importe qui, les bons et les mauvais. Jésus représente ici dans la parabole ceux qui le suivent quand même : les gens de la rue, les gens sans formation, sans morale sûre, les suspects. Tous sont accueillis par le roi ; le roi a changé de visage ; il n’est plus le maître impitoyable, l’image du Dieu lointain, qui châtie et rend justice sans pitié. Il est l’image d’un Dieu proche, généreux, sensible, accueillant, sans façon. Ainsi les invités sont flattés de l’invitation, ils sont valorisés par cet accueil du roi, qu’ils n’avaient jamais imaginé rencontrer un jour. Ces nouvelles gens, ces nouveaux invités de 3e catégorie, ces héros du plan B, c’est le vrai peuple de Dieu, ce sont eux l’épouse, la nouvelle famille du roi !

Aujourd’hui cette famille comprend de nouveaux membres : je pense aux jeunes qui vont être confirmés. Ils m’ont écrit des lettres à ce sujet et ils y disent leur foi. Je vous transmets quelques éléments de leurs témoignages. Je les regroupe par thèmes, d’abord ceux qui concernent la foi, puis ceux qui concernent la vie humaine.

Dieu: Me rapprocher de Dieu pour qu’il me protège.

C’est quand même une drôle de sensation que de se dire que Dieu tout puissant est notre ami.

Christ : Jésus je l’aime, c’est un exemple à suivre !

J’aimerais suivre Jésus, aller à l’église quand il y a la messe à Awans.

Jésus fait de moi son ami et je sais que je suis important pour lui.

Esprit : Je ne me sens pas particulièrement prête mais je voudrais mettre tous mes espoirs dans la grâce que je recevrai de l’Esprit Saint.

Grâce : Je m’amuse à découvrir la parole du Seigneur.

La messe sera pour moi un ressourcement ; je veux faire connaître autour de moi l’amour infini de Dieu.

Engagement : Faire ma confirmation pour aller plus loin.

Communauté : Je me suis bien amusée à aller aux réunions.

Ce que j’aime le plus c’est quand les gens s’unissent, comme à l’église quand les gens se donnent la paix.

La vie chrétienne se vit en communauté pas seul.

Si ma meilleure amie n’avait pas été là, je n’y serais pas arrivée (à préparer ma confirmation).

La préparation à la confirmation était gaie, conviviale et amusante.

Prière : Je regardais ma mamy prier… elle m’a expliqué, depuis ce jour Dieu est devenu comme mon père… Il est devenu mon jardin secret.

J’aimerais continuer à prier, comme ma mamy.

Je comprenais ce qu’était aller à la messe et cette façon de prendre du temps au calme pour parler au Seigneur de ses soucis.

Vécu personnel : À la profession de foi j’ai reçu l’appel du Seigneur. En rentrant chez moi j’étais tellement bien que j’avais l’impression que c’était le meilleur moment de ma vie. Toutes les pensées qui me gênaient avaient disparu.

Je demande la confirmation pour avoir la force de vivre dans ce monde.

J’adore participer à des fêtes et des sacrements.

J’ai la foi en Dieu, (je veux) être témoin de l’amour de Dieu pour tout homme et le partager.

Je me sens prêt à être un pourvoyeur de la foi chrétienne.

Découverte de nouvelles choses à propos de la foi chrétienne.

Chers Frères et Sœurs, ces messages de nos confirmands rejoignent le message de la parabole, qui retentit à nos oreilles de chrétiens du 21e siècle. Où sommes-nous comme peuple de Dieu, comme communauté d’amour, appelée à l’intimité avec le fils de Dieu ? Nous sentons-nous appelés malgré notre indignité ? Nos frères humains, bons et mauvais, propres ou sales, fréquentables ou non, sont-ils appelés à être membres de notre famille nouvelle, de notre famille recomposée ? Voilà la question qui nous est renvoyée à nous, comme communauté chrétienne. Sommes-nous accueillants à tous ? Sommes-nous prêts à créer cette nouvelle famille humaine que Jésus suscite ? Quelle reconnaissance avons-nous pour être accueillis dans le peuple de Dieu ? Sommes-nous, comme dit le pape François, des chrétiens qui tirent une mine d’enterrement et râlent à tour de bras ? Ou sommes-nous joyeux et rayonnons-nous la joie de l’évangile ? Prions pour nos confirmands afin qu’ils rayonnent la foi dans notre monde ! Amen ! Alléluia !

+ Mgr Jean-Pierre Delville, votre évêque.