De la souffrance à l’espérance

Chers Frères et Sœurs,

© pexels.com

Le premier dimanche de ce mois de mai, Jésus nous propose comme évangile la parabole de la vigne : « Je suis la vigne et vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit » (Jn 15, 5). Nous sommes invités à nous serrer les coudes, en étant unis au Christ. Ce mois de mai est particulier : malgré la pandémie, il nous invite à la solidarité et à l’espérance.

Une manière de créer la solidarité est de se faire vacciner contre le Covid, à l’exemple du pape François, et de contribuer à l’immunité de la société contre la maladie. N’hésitez donc pas : le vaccin est réalisé de manière éthique, comme l’a confirmé la Commission Covid-19 du Vatican, et il ne comporte pas d’effets secondaires négatifs.

Le mois de mai est aussi le mois de Marie. Il nous pousse à nous tourner vers Marie. Celle-ci a vécu l’espérance, mais elle est passée par la souffrance. Elle a accompagné Jésus jusqu’à la croix. Ce n’est pas pour rien que nous nous adressons à Marie en disant : « Priez pour nous à l’heure de notre mort ».

Marie, mère de l’Église, nous invite à la solidarité avec le Christ. Marie est restée unie à la communauté chrétienne. Au pied de la croix, elle a reçu une nouvelle maternité, quand Jésus lui a présenté le disciple bien-aimé et qu’il a dit à sa mère : « Femme, voici ton fils ». Depuis lors, Marie est pour chacun de nous une mère et elle fait de nous des frères et des sœurs.

À Banneux, Marie a dit à Mariette Beco : « Je suis la Vierge des pauvres ». Elle est proche des pauvres et de ceux qui sont fragiles. C’est dans cette fragilité que nous découvrons la force de la foi. À l’époque des apparitions, la fragilité était dans la pauvreté matérielle, suite à la crise économique de 1929 ; aujourd’hui, c’est la fragilité de notre santé qui nous préoccupe et nous fait souffrir. Mais à nous aussi la Vierge nous dit : « Je suis la Vierge des pauvres ». Laissons-nous accueillir par elle et recevons l’Esprit qu’elle a reçu dès l’annonciation.

L’Esprit entrera dans nos vies. Recevons l’esprit du Christ. Prions pour les jeunes qui vont être confirmés dans ces circonstances exceptionnelles. Prions les uns pour les autres !

Que l’Esprit de Pentecôte rayonne sur chacun d’entre nous !

† Jean-Pierre Delville, votre évêque