La Dernière Cène ou le pain vivant

Chers Frères et Sœurs,

Le temps pascal que nous célébrons oriente nos regards vers le Christ ressuscité et vivant. C’est la conclusion que je tirais dans ma lettre de Carême, sur La Dernière Cène, à la lumière de Léonard de Vinci. Le temps pascal nous permet de suivre les disciples dans leur voie de redécouverte du Christ et dans leur foi en lui. Ils l’avaient en partie abandonné, ou renié, ou trahi, comme le montre bien la peinture de Léonard. Plus tard, après la résurrection, ils font le pas de la foi, le pas de la confiance totale en Jésus.

Dans le monde d’aujourd’hui, nous ressentons douloureusement les trahisons et les abandons, en particulier au sein de notre Église. Mais cette épreuve doit nous conduire tous à une purification de nos attitudes et à une plus grande fidélité envers Jésus. Voilà ce que nous offre le temps pascal.

La Dernière Cène de Léonard de Vinci

Le geste de Jésus qui montre le pain dans la Dernière Cène de Léonard nous oriente vers la parole qu’il avait prononcée auparavant : « Voici le pain qui descend du ciel. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel » (Jn 6,50-51). Dans son isolement au milieu des disciples troublés, Jésus est pour eux la vraie nourriture qui donne la vie, le pain qui vient de Dieu et qui nourrit les âmes.

Sainte Julienne de Cornillon, auteur inconnu, 18e S., Namur, Maison diocésaine de l’enseignement (© J.-P. Delville)

Dans cette ligne, je vous invite à vivre avec intensité ce mystère pascal de communion au Christ, comme le faisait sainte Julienne de Cornillon, particulièrement dans le cadre de la Fête-Dieu qu’elle a promue. Je vous invite en particulier à la messe à la basilique Saint-Martin à Liège le 20 juin à 19h00 : elle sera présidée par Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, bien connu pour son engagement pour l’Église universelle et pour la paix dans le monde. Il est évêque du diocèse d’où provenait le pape Urbain IV, qui a étendu la Fête-Dieu à l’Eglise universelle en 1264. La messe sera suivie par la procession, en signe d’Église en marche, car le mouvement, c’est la vie. D’autres manifestations et initiatives à cette occasion sont programmées dans tout le diocèse et seront annoncées prochainement.

C’est avec Mgr Stenger et d’autres collègues de l’Eurégio que je signerai une lettre pastorale des évêques des diocèses frontaliers de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg, en préparation aux élections du 26 mai. Elle a pour but d’encourager chacun à prendre au sérieux la construction européenne et à la rendre plus centrée sur le bien commun et la justice pour tous ses citoyens, y compris pour les nouveaux arrivés par les voies de l’immigration. Ainsi, le Christ, le pain descendu du ciel, contribuera aussi à mettre debout et à nourrir les hommes du monde entier.

En vous invitant à vivre avec intensité ce temps pascal, je vous invite à honorer aussi Marie. Elle participe activement à l’Église naissante et reçoit le don de l’Esprit Saint. Elle est spécialement vénérée au mois de mai et au lundi de Pentecôte, mémoire de Marie, mère de l’Église. Prions les uns pour les autres, en ce temps pascal marqué par l’Esprit Saint, par les célébrations de confirmations et par les célébrations du Corps et du Sang du Christ. Créons ce réseau de soutien et de prière qui nous protège et par lequel le Christ ressuscité nous donne la vie en plénitude.

Bon temps pascal à tous !

+ Jean-Pierre Delville, votre évêque