Homélie 33e dimanche A
15 novembre 2020

Journée mondiale des pauvres

Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Cathédrale de Liège

 

Chers Frères et Sœurs,

Avec la pandémie du coronavirus, cette célèbre parabole des talents (Mt 25,14-30) racontée par Jésus prend un sens un peu particulier. Nous nous sentons un peu tous comme ce troisième serviteur, ce serviteur pauvre, qui n’a reçu qu’un seul talent. Sa tentation est d’être paralysé et d’avoir peur de tout, même des choses bonnes et même de son maître. Comme le 3e serviteur, nous nous sentons menacés, nous sommes confinés, isolés, réduits à une certaine inactivité. C’est ce que dit le serviteur pauvre à son maître : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre ». Nous aussi dans la situation actuelle, nous sommes tentés de nous replier sur nos propres forces, nous n’osons plus entreprendre grand chose. Tout nous fait peur. Même Dieu nous fait peur, parce qu’apparemment il n’agit pas, il n’arrête pas cette pandémie par un beau miracle sensationnel. Dieu nous fait peur, non par sa force, mais par son impuissance apparente. Pourtant Dieu donne une solution au problème du serviteur propriétaire d’un talent: « Serviteur mauvais et paresseux, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts ». Autrement dit : Tu ne devais pas compter sur tes seules forces, tu devais collaborer avec des spécialistes et par exemple déposer l’argent à la banque. Jésus suggère une collaboration entre les gens et une créativité dans la précarité.

C’est cela que le pape François a proposé en instaurant une Journée mondiale des pauvres en ce 33e dimanche ordinaire de l’année liturgique. L’attention aux pauvres, l’amitié avec les pauvres, nous incite à la solidarité. La pandémie du COVID nous fait découvrir des pauvretés multiples, des souffrances et des isolements, mais elle nous oblige à développer une nouvelle solidarité. Sachons sortir de notre peur et de notre léthargie pour entrer en contact avec ceux qui souffrent. N’enterrons pas notre talent dans la terre, mais mettons-le à profit pour réaliser quelque chose. Ainsi je voudrais signaler avec fierté que le service de solidarité de l’évêché, le vicariat Évangile et vie, dirigé par Jean-Philippe de Limbourg, s’est activé pour trouver de nouveaux bénévoles pour distribuer de la nourriture via les six centres sociaux des paroisses de Liège. Des jeunes se sont présentés, des étudiants, de jeunes adultes et ils ont relayé les bénévoles parfois âgés et empêchés. Ainsi des conférences de S.-Vincent de Paul ont aussi trouvé de nouveaux bénévoles. De plus on a mis sur pied une ligne téléphonique pour permettre à toutes les personnes isolées de se mettre en contact avec une personne bienveillante qui se met à leur écoute (0486 13 60 61). Enfin on a trouvé des lieux pour des abris de nuit en cas de grand froid. Pour les prêtres et les acteurs pastoraux en difficulté, on a aussi instauré une ligne téléphonique et un accompagnement personnalisé.

Dans cet esprit de solidarité, la collecte de cette journée mondiale des pauvres est faite pour toutes les victimes du COVID dans le monde. Elle est faite par Entraide et Fraternité, l’ONG de l’Église catholique de Belgique qui s’engage pour le développement des régions pauvres du Sud du monde. Grâce à la reconnaissance par l’État, chaque euro que vous mettrez à la collecte sera multiplié par 5 en faveur des destinataires. Faites un virement au BE68 0000 0000 3434. Ainsi notre solidarité sera démultipliée.

Ne perdez pas courage dans cette saison. Ne vous laissez pas écraser par la pauvreté de votre situation, mais appréciez les dons et les talents que vous avez reçus de Dieu pour les mettre à profit en faveur des plus pauvres.

C’est dans cette ligne d’espérance que j’ai intitulé ma lettre pastorale pour ce temps de confinement « Tel un brouillard qui se déchire ». Le titre est celui d’un hymne de la liturgie des heures, dont voici la première strophe :

Tel un brouillard qui se déchire
Et laisse émerger une cime,
Ce jour nous découvre, indicible,
Un autre jour, que l’on devine.

Cette hymne nous dit que le brouillard se déchirera et laissera apparaître un jour nouveau et indicible. C’est ce que je développe dans mon message. On le trouvera sur le site internet dans une version illustrée et dans un format A5 qu’on peut imprimer et déposer dans les églises pour la lecture individuelle.

Chers Frères et Sœurs, soyez donc réactifs pendant cette crise et ce confinement. Ayez confiance dans l’action de Dieu qui se dit à travers nos solidarités humaines. N’enterrons pas nos talents dans la terre, mais faisons-les servir aux autres. Aide-toi et le Ciel t’aidera !

Amen ! Alléluia !

+ Jean-Pierre Delville, évêque de Liège