Formation permanente – Session théologique 2018 à Spa-Nivezé du 7 au 8 février 2018 !

mardi 02 janvier 2018

En ce temps de Noël et de Nouvel An, nous vous transmettons nos meilleurs vœux de bonheur et de joie.

La prochaine session de formation permanente à Spa-Nivezé frappe à notre porte. Elle va aborder un thème qui a été suggéré par bon nombre d’entre vous. Nous l’avons formulé de la manière suivante: « La rémission des péchés : formule dépassée ou révélation libératrice ? ».

Ces deux journées d’échanges, d’approfondissement et de réflexion théologique et pastorale sont devenues des « incontournables » pour notre vie diocésaine.

DATES : du mercredi 7 à partir de 9h jusqu’au jeudi 8 février 2018 à 16h30.

PUBLIC VISÉ : les acteurs pastoraux (assistants paroissiaux, animateurs pastoraux, aumôniers/ières, diacres, prêtres, membres des équipes pastorales)

LIEU : Foyer de Charité à Spa-Nivezé

INFOS : cliquez ici pour voir les infos sur le site

CONTACT ET INSCRIPTION : Dès maintenant et avant le 31 janvier 2018 en remplissant le formulaire d’inscription

PAIEMENT :

avec logement et tous les repas                             93€
sans logement mais avec le souper du mercredi   80€
sans logement et sans le souper du mercredi       72€

BE57 2400 8037 7335 (indiquer « Nivezé 2018, nom + responsabilité »); Rue des Prémontrés, 40 à 4000 Liège

Quel questionnement voulons-nous aborder ? Voici quelques pistes :

Le langage humain est en permanente évolution. Communiquer est tout un art. Pour qu’une parole soit pertinente ou crédible, encore faut-il qu’elle soit audible et compréhensible. Des mots et des « formules » comprises hier ne le sont plus nécessairement aujourd’hui. Pour dire la foi et annoncer le cœur de l’Évangile, il ne suffit pas de répéter des mots du passé. Comment communiquer la foi et comment entrer en dialogue avec nos contemporains si les mots de la foi n’ont pas de sens pour eux ? ou pour nous ?

Certains acteurs pastoraux nous ont témoigné leur malaise face à ces « mots qui fâchent » : « péché », « pécheur », « faute » etc. Pour un bon nombre de nos contemporains, dit-on, certaines formules liturgiques seraient moralisatrices et culpabilisatrices, ou – pire encore – ne veulent plus rien dire.

Mais ne nous limitons pas à la liturgie. Comme tous nos contemporains, « nous vivons avec des épreuves lourdes de faillibilité et de culpabilité, avec des souffrances dues à des pathologies individuelles et collectives de toute sorte sur lesquelles nous n’avons pas de prise : mais la plupart d’entre nous ne peuvent plus les identifier à ce que semble désigner le mot « péché », largement folklorisé dans la culture européenne. » (Ch. Théobald)

Pendant ces deux journées de formation, nous voulons revisiter des dimensions centrales de l’anthropologie et de la théologie chrétienne.

Père André-Léon Simonart

Le père André-Léon Simonart, missionnaire d’Afrique, psychologue, nous invitera à creuser le point de vue psychologique et anthropologique. Il s’agit de mettre en place certaines « clefs » incontournables.

L’abbé Paul Scolas, théologien, vicaire général émérite du diocèse de Tournai, nous invitera à creuser une intuition : « il y a dans la manière chrétienne de parler du péché une invention qui est de l’ordre de la bonne nouvelle, qui est peut-être tout simplement la Bonne Nouvelle. » Encore s’agit-il d’investiguer cette étonnante « invention chrétienne du péché » (A. Gesché).

Probablement que nous sommes invités à la fois à assumer et à dépasser les mots et les formules pour nous laisser saisir par la révélation libératrice qui est au cœur de notre foi…

L’équipe de la Formation permanente: J.L. Defer, F. Mwamba, E. Piront.